Le plan divin d’Agbéyomé Kodjo

12/08/2013
Le plan divin d’Agbéyomé Kodjo

Agbéyomé Kodjo, leader d’Obuts, un petit parti d’opposition, battu aux dernières législatives dans la circonscription électorale de Yoto, a dénoncé lundi les résultats définitifs publiés par la Cour constitutionnelle.

Il accuse le pouvoir de l’empêcher de revenir à l’Assemblée. 

« C’est en toute logique que nous avons introduit en dernier ressort un recours à la Cour Constitutionnelle qui malheureusement, pour des raisons qu’on peut aisément deviner, n’a daigné relever la complaisance de la Céni, pour faire droit à notre requête somme toute légitime, et bien fondée », fait savoir le président d'Obuts.

Pour Obuts, le rejet du recours est ‘inique’

‘Nous continuons de contester l’ensemble des résultats de ce scrutin car ils ne sont pas représentatifs de l’expression des suffrages du peuple togolais, ni transparents et sincères car l’ensemble du processus a été vicié, phagocyté et dévoyé », estime Agbéyomé Kodjo. L’ancien Premier ministre du général Eyadema demande au peuple togolais ‘de demeurer dans l’espérance, car par ces résultats les vainqueurs illégitimes de cette consultation pensent avoir la maîtrise de toutes les manettes du pouvoir, mais ils ne peuvent changer le cours du destin de la Nation qui va inexorablement se réaliser selon un plan divin, qui échappe au contrôle de l’action humaine (…)’.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.