Le secteur agricole s'est nettement redressé

22/06/2015
Le secteur agricole s'est nettement redressé

Ouro-Koura Agadazi Photo © Emmanuel Pita

Le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA), constitue le pilier de la relance du secteur ; il est en partie financé par la Banque mondiale qui vient de mener sa 6e mission d’évaluation. 

Trois ans après son lancement, le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agazadi, se félicite des résultats mais reste modeste tant les défis à relever sont encore nombreux.

Republicoftogo.com : Le PNIASA a-t-il permis de relancer le secteur agricole ?

Ouro-Koura Agadazi : Les résultats sont effectivement encourageants pour ce qui concerne la filière végétale, animale, halieutique. La production piscicole est également en croissance. Globalement le Programme a porté ses fruits et a entraîné une amélioration des revenus des agriculteurs.

Republicoftogo.com : Mais la route est encore longue

Ouro-Koura Agadazi : Beaucoup de défis restent encore à relever. Je peux citer la construction d’infrastructures, de pistes rurales et la nécessité pour les agriculteurs de trouver de nouveaux débouchés.

Cette situation n’est pas imputable uniquement au gouvernement, mais au retard enregistré dans les financements accordés par nos partenaires

Nous travaillons sur ces questions afin d’avancer le plus rapidement possible.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.