Le souffle d’un grand bâtisseur

05/02/2017
Le souffle d’un grand bâtisseur

Gnassingbé Eyadema

Il y a 12 ans, disparaissait le président Gnassingbé Eyadema. 

Une veillée de prière s’est déroulée samedi soir à Pya, son village natal en présence de Faure Gnassingbé, du Premier ministre, du président de l’Assemblée nationale, des membres du gouvernement et de la famille.

Dimanche, après un dépôt de gerbe sur le tombeau familial, un office œcuménique a eu lieu sur l’esplanade du Palais des congrès de Kara.

Invité de marque cette année, l'ancien président du Nigeria, Yakubu Gowon (1966-1975), qui fut un proche ami du général Eyadema.

En ce 5 février 2005 en fin d’après-midi, les Togolais apprennent incrédules la nouvelle : Gnassingbé Eyadema est décédé. 

Au pouvoir depuis 1967, le ‘vieux’ se confond avec l’histoire de son pays. Sa disparition semble donc inconcevable.

Et pourtant, les premiers communiqués officiels diffusés à Lomé et les messages de condoléances émanant de leaders étrangers ne laissent guère planer de doute la réalité du décès.

Le Togo, qui célèbre ce dimanche dans le recueillement et l’émotion le XIIe anniversaire de sa mort, est une occasion solennelle de prier pour la mémoire du disparu et d’inspirer à toutes les générations le souffle de ce grand bâtisseur.

Ceux qui l’ont aimé, soutenu politiquement ou combattu reconnaissent en lui une personnalité étonnante et attachante, un charisme évident et une vision pour son pays et pour l’Afrique.

Nul ne peut nier que le Togo moderne doit beaucoup à cet homme singulier.

Il a donné à son pays des structures d’Etat solides qui ont résisté aux tempêtes. 

Le Togo est demeuré à l’abri des violences, de l’instabilité, des rivalités ethniques et religieuses.

Veillée de prières samedi soir à Pya

Le régime s’est transformé au rythme de la société environnante et est notamment passé du parti unique au multipartisme, de l’autocratie à la démocratie 

Comme en son temps pour le général de Gaulle il a été reproché à Gnassingbé Eyadema d’avoir une vision autoritaire du pouvoir.

En réalité, il a construit les fondations d’un état moderne avec une administration solide et efficace, une armée disciplinée et compétente, un développement économique signalé. 

Dans l’éternel balancier entre la sécurité et la liberté il a fixé le curseur à des niveaux adaptés aux exigences de l’époque.

Et ce serait une singulière bévue que d’apprécier ce régime d’hier avec les yeux d’aujourd’hui.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Promotion du football à la base

Sport

La finale du tournoi ‘Cité Millenium’, organisé par Charles Debbasch, s’est déroulée dimanche à Lomé avec la victoire du Millenium Football Club (MFC).

Le Maroc, 16 membre de la Cédéao ?

Cédéao

Le Maroc a officiellement informé vendredi la présidente de la Cédéao de sa volonté d’adhérer à cet ensemble régional ouest-africain.

La FTF noue de nouvelles alliances

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) tente de se reconstruire après des années d’errance et de gestion calamiteuse.

Nouvelle alerte à la méningite

Santé

Depuis le 1er janvier, 201 cas de méningite ont été identifiés au Togo. Le bilan actuel est de 17 morts dans 17 districts sanitaires.