Le succès vient toujours après la peine

31/12/2012
Le succès vient toujours après la peine

Refonder la société togolaise sur de nouvelles valeurs et de faire du Togo de demain une terre de cohésion, de concorde et de prospérité économique. Telles sont les ambitions du président Faure Gnassingbé (photo) exprimées à l’occasion de ses vœux à la Nation. 

« Pour la première fois depuis des décennies, nous avons enregistré sur trois années consécutives, un taux de croissance économique en hausse constante », a indiqué le chef de l’Etat qui a aussi souligné qu’aucun pays n’avait réussi, quelles que soient ses potentialités, à amorcer son décollage économique dans une atmosphère de tension permanente. Une référence claire à la situation politique récente dans le pays.

« Je déplore les occasions de dialogue gâchées, le temps perdu à tourner en rond et à se complaire dans une posture purement tacticienne alors que les défis s’accumulent chaque jour à nos portes », déclaré le président dans son discours de Nouvel An.

Il a rappelé que le Togo avait l’impérieux devoir de réussir les élections législatives et locales « afin de poursuivre dans la sérénité, les grandes réformes politiques et économiques dont notre pays a besoin pour favoriser son ancrage démocratique ainsi que le progrès social ».

Notons qu’à l’occasion de la nouvelle année, le chef de l’Etat a accordé une remise de peine à 562 condamnés libérables dans six mois.

VOIR LA VIDEO

Lire le message de Nouvel An du président Faure Gnassingbé

Togolaises, Togolais

Mes chers compatriotes,

Par la grâce de Dieu, nous franchirons dans quelques heures seulement, le seuil d’une nouvelle année. Ce moment unique de convivialité et de  partage  me donne le privilège de vous présenter à tous, mes vœux les plus sincères de bonne santé, de paix et de prospérité. 

Je forme le vœu ardent que la nouvelle année soit pour tous les Togolais, l’occasion de sceller davantage le lien de fraternité et de solidarité qui les unit,  au-delà de tout. 

En ces heures si particulières, où le cercle de la famille et des amis se resserre  dans tous les foyers, pour célébrer dans la joie et l’allégresse, le passage à une nouvelle année, Je ne puis m’empêcher d’avoir une pensée solidaire pour nos vaillants soldats qui sont partis sous le drapeau dans des contrées lointaines, mais aussi pour tous ceux qui vivent dans la peine, le dénuement et la solitude. 

Je formule pour eux des vœux tout particuliers et souhaite du fond du cœur que l’année 2013 leur apporte un peu de chaleur humaine et une plus grande espérance.

Dans cette optique et en vertu des prérogatives que me confère la constitution, j’ai décidé à l’occasion du nouvel an, d’accorder une remise de peines à des détenus de droit commun. 

562 condamnés définitifs et dont le restant de la peine à purger n’excède pas six mois, seront ainsi remis en liberté dans les tout prochains jours.

Mes chers compatriotes,

Tout au long de l’année qui vient de s’écouler, nous nous sommes efforcés de consacrer tous nos efforts à l’atteinte de nos objectifs communs.

Malgré une conjoncture internationale particulièrement difficile, nous avons réussi à garder le cap des grandes réformes que nous avons engagées ensemble. 

Notre objectif est de refonder la société togolaise sur de nouvelles valeurs et de faire  du Togo de demain une terre de cohésion, de concorde et de prospérité économique.  

Au cours de l’année écoulée, cet objectif a été au cœur de notre action de tous les jours.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner il y a quelques mois, dans la feuille de route que j’ai assignée au Gouvernement, nous sommes désormais guidés par une dynamique nouvelle qui vise à faire de chaque Togolais, l’artisan d’une nouvelle gouvernance, fondée sur l’inclusion politique, économique et sociale et la rigueur dans la gestion de la chose publique. 

On a coutume de dire que le succès vient toujours après la peine. 

La réussite durable est toujours au bout de l’effort consenti dans la discipline et l’abnégation.

Pour la première fois depuis des décennies, nous avons enregistré sur trois années consécutives, un taux de croissance économique en hausse constante. 

Si nous faisons preuve de persévérance et de ténacité, si nous accélérons le rythme des grandes réformes que nous avons engagées, nous serons en mesure de réaliser des succès encore plus éclatants. C’est pourquoi je voudrais ce soir me tourner avec vous vers l’avenir, que nous devons construire ensemble.

Mes chers compatriotes

Mesdames et messieurs,

Face aux multiples défis d’un monde en perpétuelle mutation, la pérennisation 

de nos récents acquis passe nécessairement par notre aptitude collective à nous fixer de nouveaux horizons. Nous devons faire preuve d’audace, de créativité et d’inventivité, pour dessiner ensemble les contours d’un avenir plus prometteur.

Dans cette entreprise de longue haleine notre pays ne manque pas d’atouts. 

Nous poursuivrons dans cette optique, les efforts que nous avons engagés pour mener à bien les travaux de modernisation de l’aéroport international Gnassingbé Eyadema et du Port autonome de Lomé.

Ces investissements majeurs devraient  à terme permettre à notre pays de valoriser tout son potentiel, en jouant pleinement le rôle de grand carrefour économique et financier sous-régional mais aussi de fenêtre maritime pour les pays enclavés du Sahel.

Je note à cet égard que le processus de restauration et de densification du réseau routier génère déjà des résultats tangibles. Comme chacun peut le constater, ce processus a contribué à métamorphoser le visage de Lomé notre belle capitale qui renoue progressivement avec son charme discret d’autrefois.

Les prémisses de ce  succès sont un réel motif d’encouragement. 

Elles préfigurent en effet d’autres succès à venir dans le domaine des infrastructures. 

Le Gouvernement est déterminé dans cette perspective à intensifier ses efforts pour l’amélioration des voies de communication et consacrera à nouveau en 2013, des ressources substantielles à la poursuite de la modernisation du réseau routier et surtout à son extension à l’ensemble des autres régions économiques du pays. 

Notre objectif est de faire émerger des pôles de développement à l’intérieur du pays, en favorisant l’essor de capitales régionales qui draineront les villes de l’intérieur du pays dans une nouvelle  dynamique de développement économique et social.

Mes chers compatriotes,

L’expérience a toutefois montré qu’aucun pays n’a réussi, quelles que soient ses potentialités à amorcer son  décollage économique dans une atmosphère de tension  permanente.

Aucun pays au monde n’a su, quelles que soient ses richesses, trouver la voie vers l’émergence s’il est en proie à des querelles politiciennes interminables.

Il est dès lors fondamental que les sacrifices que nous avons consentis ces dernières années pour apaiser le climat politique au Togo ne soient pas vains. 

Des étapes décisives ont été franchies avec la signature de l’Accord politique global. 

Nous devons donc poursuivre sans relâche, à travers la négociation et la recherche du compromis,  les réformes que nous avons convenu d’opérer, certes dans le respect du pluralisme mais avec une ferme détermination.

Je voudrais à cet égard me réjouir du climat d’apaisement que nous avons su restaurer ensemble après les tensions observées au mois de juin. 

Il est par ailleurs réconfortant de constater que le dialogue social a repris tous ses droits  et permet désormais de rechercher à travers la concertation et l’écoute mutuelle les solutions aux défis  auxquels les différentes couches socio-professionnelles de notre pays sont confrontées.

Dans notre pays, il existe des partis politiques, des syndicats, des associations. Faut-il le rappeler,  leur rôle est de favoriser par la voie du dialogue, la prise en compte par le Gouvernement des différents courants de pensée  qui traversent notre société. Leur rôle est de servir de courroie de transmission pour les préoccupations légitimes de nos concitoyens. Ce rôle doit être pris au sérieux. Ce rôle doit être rempli avec un sens élevé des responsabilités.

C’est pourquoi, tout comme vous, mes chers compatriotes, je déplore les occasions de dialogue gâchées, le temps perdu à tourner en rond et à se complaire dans une posture purement tacticienne alors que les défis  s’accumulent chaque jour  à nos portes.

Je me réjouis toutefois de constater qu’en dépit de tout, l’immense majorité silencieuse, l’immense majorité des Togolais ne s’est jamais trompée de combat.

Je tiens à cet égard à rassurer les uns et les autres qu’ils trouveront toujours auprès de moi une oreille attentive surtout quand  les vues qu’ils expriment et les revendications qu’ils formulent sont guidées par l’intérêt national, dans le cadre d’une démarche citoyenne et responsable. 

Il est temps de nous ressaisir à tous les niveaux pour éviter de disperser nos énergies dans des luttes stériles. Les enjeux qui se profilent à l’horizon de la nouvelle année nous imposent ce sursaut immédiat. 

Mes chers compatriotes,

Comme chacun le sait déjà, l’année 2013, s’annonce  comme une grande année électorale. 

Des élections législatives et des élections locales seront en effet organisées à la fin du premier trimestre. 

Le suffrage universel devra s’exprimer pour mettre en place une nouvelle législature mais aussi pour insuffler un nouveau dynamisme à la démocratie locale.

Avec ces élections, le Togo a une occasion unique de rejoindre définitivement la catégorie si enviée des pays qui ont su éradiquer le syndrome des violences électorales. 

C’est un enjeu de taille mais il est loin d’être au-dessus de nos forces puisqu’il s’agit somme toute, de confirmer les succès que nous avons enregistrés lors des législatives de 2007 et durant  la présidentielle de 2010.

Nous avons l’impérieux devoir de réussir ces élections afin de poursuivre dans la sérénité, les grandes réformes politiques et économiques dont notre pays a besoin pour favoriser son ancrage démocratique ainsi que le progrès social.

Mais pour réaliser pleinement cet ancrage, la démocratie togolaise doit impérativement s’appuyer sur le progrès social qui passe par les valeurs d’égalité, de justice sociale, d’équité. 

Egalité entre les hommes, quelles que soient leurs appartenances ethnique, politique, culturelle et religieuse mais aussi égalité entre l’homme et la femme. 

Nous devons dans cette perspective créer un cadre adéquat  pour libérer tout le potentiel de la femme togolaise. L’heure est en effet venue d’aller encore plus loin dans les mutations sociales que notre pays a choisi d’opérer   pour donner toutes les chances à l’épanouis-sement de la femme togolaise.   

Dans cette optique, et comme je l’ai déjà annoncé, un projet de loi sera soumis à l’Assemblée nationale à brève échéance, en vue d’instaurer la parité hommes et femmes pour les candidatures aux fonctions électives. 

Si nous réussissons  cette réforme majeure, nous aurons ainsi balisé la voie pour l’émergence d’une vraie société plurielle, plus moderne et débarrassée des pesanteurs du passé. 

Cette réforme s’appliquerait aux prochaines élections législatives et locales en vue de renforcer la présence des femmes au sein de la Représentation nationale et dans les conseils municipaux. Dépouillée des déséquilibres sociologiques et culturels qui remontent à la nuit des temps, ces instances n’en seront que plus représentatives et plus aptes à apporter des réponses adéquates aux grands défis de l’heure. 

Mes chers compatriotes

Mesdames et messieurs

Mes chers amis du Togo,

Le temps passe, le monde change et nous apporte chaque jour de nouveaux défis. Dans cette lutte sans fin que nous devons mener année après année, je voudrais vous demander à tous  de faire preuve, en 2013, d'un sens accru de responsabilité et de maturité  pour préserver l’unité nationale, en ne perdant jamais de vue les grands desseins  que  nous nourrissons tous pour  le Togo.

Je voudrais saisir l'occasion pour réitérer mes chaleureuses félicitations aux    Eperviers qui ont fait notre honneur et notre  fierté en se qualifiant brillamment pour la phase finale de la coupe d'Afrique  des Nations.

Nous devons leur apporter  tout notre soutien afin qu'ils représentent dignement notre nation dans cette grande compétition continentale.

L'esprit d'union et de solidarité que vous avez manifesté en vous mobilisant comme un seul homme derrière notre équipe nationale doit être cultivé et pérénisé.

Pour ma part, je souhaite bonne chance aux Eperviers et à leur encadrement et leur présente d'ores et déjà mes meilleurs voeux de réussite pour la CAN 2013.

Togolaises Togolais, mes chers compatriotes, à la confiance qui repose sur moi, je répondrai avec vous par la volonté et la même détermination de tout mettre en oeuvre pour porter plus haut le flambeau de notre chère patrie, le Togo. Pour mener à bien cette entreprise commune, nous demandons humblement la bénédiction de Dieu.

Bonne et heureuse année 2013. Bonne fête à toutes et à tous dans vos foyers respectifs. 

Vive le Togo. 

Je vous remercie.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les syndicats ne font pas recette

Social

Si au Togo les syndicats font beaucoup de bruit, notamment ceux de la fonction publique, le nombre d’encartés reste très faible, moins de 3% des travailleurs.

Championnat de badminton à Lomé

Sport

Le ‘Badminton Country’ se déroulera les 20 et 21 décembre à Lomé. 16 badistes togolais, béninois, chinois et indiens s’affronteront dans le cadre de cette compétition régionale.

Edem Kodjo revient en librairie

Culture

‘Et demain l’Afrique’, l’ouvrage de référence publié en 1985 par Edem Kodjo, ancien Premier ministre togolais, va connaître une seconde jeunesse. 

Faux policiers sous les verrous

Faits divers

La police a arrêté 6 individus à Lomé spécialisés dans le vol de motos. Le mode opératoire était imparable.