Le temps risque de manquer

02/11/2017
Le temps risque de manquer

Payadowa Boukpessi

Les réformes politiques envisagées au Togo doivent se mener dans un délai légal fixé par la Cédéao, a prévenu jeudi Payadowa Boukpessi, le ministre de l’Administration territoriale.

‘A compter du 14 janvier 2018, il sera difficile à la classe politique de procéder aux réformes tant souhaitées. Un principe de la Cédéao interdit les réformes dans les six mois précédant une élection’, a rappelé le ministre qui a appelé les politiciens à aplanir leurs divergences pour faire achever ce vaste chantier.

Il a regretté le temps perdu.

‘On aurait pu aujourd’hui avoir les réformes derrière si on avait eu la volonté et les 4/5 à l’Assemblée nationale sur le projet de réforme constitutionnelle’, a-t-il dit. 

Dans ce contexte, le gouvernement n’a pas d’autre choix légal que de préparer un référendum ‘dans les plus brefs délais’.

Les modifications constitutionnelles portent principalement sur la limitation à deux du mandat présidentiel. Une vieille revendication de l’opposition finalement acceptée et votée par le pouvoir.

Mais les opposants ont changé de braquet et veulent désormais le départ du président Faure Gnassingbé dont le mandat s’achève en 2020.

Ils multiplient les manifestations depuis la mi-août. De nouveaux rassemblements sont annoncés pour les 7,8 et 9 novembre.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.