« Le vote ethnique est irrationnel »

28/03/2008
« Le vote ethnique est irrationnel »

Le « Forum Togolais de la société civile pour le développement » organise vendredi à Lomé, une journée de réflexion sur le thème « Les votes ethniques et claniques en Afrique. Quelles conséquences sur la démocratie ? Le cas du Togo ». Me Atta Mensan Ajavon Zeus, expert en questions électorales en Afrique, ancien député à l'Assemblée Nationale, professeur en droit public à l'Université de Lomé et ancien membre d'un parti politique de l'opposition donne son point de vue sur cette question très sensible.

##S_B##Republicoftogo.com : Qu'est ce qui caractérise le vote ethnique et clanique dans un pays ?

Me Ajavon Zeus :

Le vote ethnique ou clanique existe partout dans le monde, aussi bien dans les pays à démocratie avancée que sur le continent africain. Mais il est plus inquiétant en Afrique, de par les conséquences désastreuses qu'il engendre. Ce vote se caractérise par des intérêts ethniques et claniques. Je vote untel parce qu'il de chez moi, il est de ma région, un point c'est tout. Les électeurs ne tiennent compte ni du programme, ni des capacités réelles du candidat à qui ils accordent leurs suffrages. Ils se fondent principalement sur l'appartenance soit religieuse, régionaliste, ethnique etc, avec en filigrane, l'espoir de mieux bénéficier des biens du pouvoir dès lors que c'est leur frère qui y est. Résultat : lorsque le candidat pour lequel on a voté n'est pas élu, c'est la frustration, la révolte et la violence qui se manifestent. Cela n'est pas acceptable.

Republicoftogo.com : Quel regard portez-vous sur le Togo ?

Me Ajavon Zeus :

Il suffit d'observer le résultats des élections législatives d'octobre dernier pour se rendre compte de cette réalité. 80% des candidats du RPT sont élus au Nord. Les députés du CAR sont élus chez Agboyibo dans le Yoto. L'essentiel du sud est entre les mains de l'UFC. Même quand on analyse le vote des quelques candidats du RPT dans le Sud, on se rend compte que ce sont les populations allogènes qui s'assimilent au RPT qui les ont élu. Le drame au Togo, c'est qu'il y a une instrumentalisation des régions, des ethnies et même les partis politiques sont assimilés à leurs régions d'origine. C'est pourquoi il est aujourd'hui important de tirer la sonnette d'alarme, de sorte qu'on évite de vivre un jour ce qui s'est passé au Rwanda ou, plus récemment, au Kenya.

Republicoftogo.com : Comment pouvez-vous caractériser ce vote ethnique ?

Ajavon Zeus :

C'est un vote irrationnel, or la démocratie c'est le rationnel. On réfléchit, on raisonne en démocratie pour améliorer et envisager le développement. Mais quand je vote pour quelqu'un uniquement parce qu'il est mon frère cela n'a aucun sens.

Malheureusement, c'est la règle en Afrique et au Togo. J'ai suivi un débat entre jeunes sur cette question et l'un deux a déclaré (je m'excuse de reprendre ses propres termes) : « ceux qui votent uniquement pour des raisons ethniques sont des cons, laissons les cons agir en cons, mais faisons tout pour que ceux qui ne sont pas cons (la majorité) utilisent leur raison pour agir ».

Republicoftogo.com : Au lendemain des élections présidentielles d'Avril 2005, il y a un leader politique togolais qui a déclaré que les Togolais n'étaient pas divisés, mais que les politiciens l'étaient. Partagez-vous ce point de vue ?

Me Ajavoon Zeus :

Je suis parfaitement d'accord. Les leaders politiques de tous bords ont une responsabilité énorme. Ce sont eux qui instrumentalisent les ethnies selon le principe du « diviser pour régner ».

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Votez pour eux !

Culture

Toofan a été nominé aux MTV Africa Music Awards dans la catégorie ‘meilleur groupe’

Comment le numérique va changer la vie des agriculteurs

Tech & Web

A Paris, Cina Lawson a expliqué comment la numérique pouvait s'inscrire dans une logique de développement de l'agriculture. 

'Il n'y a pas de fatalité à la famine'

Développement

Le président Faure Gnassingbé a pris part jeudi à New York à un side event sur le thème de l’élimination de la faim.