Les Béninois votent avec l'assistance du Togo

20/04/2008
Les Béninois votent avec l'assistance du Togo

Quelque quatre millions de Béninois votent ce dimanche pour élire leurs conseillers municipaux et conseillers de villages et de quartiers de ville, un test local et national pour le président Boni Yayi. Les bureaux de vote ont ouvert avec beaucoup de retard. Le Togo assiste les autorités par la fourniture de plusieurs milliers d'urnes qui avaient servi lors des législatives d'octobre dernier.

Quelque 5.000 bureaux de vote devaient ouvrir à 07h00 (06h00 GMT) dans plus de 500 circonscriptions ou arrondissements, mais à 08h00 GMT, beaucoup n'étaient toujours pas ouverts, comme ont pu le constater de nombreux électeurs qui se sont présentés à l'heure d'ouverture.A la Commission électorale départementale de l'Atlantique (CED), dans le sud du pays, le matériel de vote n'était toujours pas disponible et les bulletins proposés comportaient des irrégularités.

"Sur certains bulletins où il devrait y avoir sept logos de candidats nous n'en avons que trois. Nous ne pouvons pas démarrer les opérations de vote dans ces conditions", a déclaré Jean Louis Akotègnon, un membre de la CED Atlantique.

A Porto-Novo, la capitale politique du pays, seul un arrondissement avait commencé les opérations de vote à 8h15.

A Abomey (centre) et Parakou, la principale ville du nord, les opérations électorales n'avaient toujours pas démarré à 08h00 GMT, faute de matériel dans certains bureaux.

 26.060 candidats indépendants et personnalités représentant une douzaine de partis politiques et associations briguent 1.435 sièges de conseillers communaux et municipaux, ainsi que des postes de conseillers de village et de quartier de ville à pourvoir dans les 77 communes du Bénin.

Pour l'actuel président Boni Yayi, l'enjeu essentiel est de contrôler les quatre grandes villes du pays: la capitale économique Cotonou, la capitale politique Porto-Novo, fief d'un grand parti d'opposition (PRD), la grand ville du nord Parakou et enfin l'historique Abomey, bastion du parti d'opposition de la Renaissance du Bénin (RB).

A Cotonou, où 49 sièges sont à pourvoir, l'ancien président Nicéphore Soglo (1991-1996) et maire sortant se présente sous la bannière de la Renaissance du Bénin. Il affronte Jerôme Dandjinou, qui se présente au nom de la mouvance présidentielle sous les couleurs de l'Alliance Force Cauris pour un Bénin émergent (FCBE). Selon des observateurs, il aurait ses chances face à M. Soglo.

A Porto Novo, le maire sortant Bernard Dossou brigue un nouveau mandat au nom du Parti du renouveau démocratique (PRD, opposition) de l'ancien président de l'Assemblée nationale Adrien Houngbédji. Il est opposé à M. Djemiou Adébo (FCBE).

A Parakou, la principale ville du nord à 420 km de Cotonou, l'actuel maire Soulé Alagbé (mouvance présidentielle) affronte un prédécesseur, Rachidi Gbadamssi, membre du "G13", une alliance formée par 13 députés en rupture de ban avec le président Boni Yayi.

Les conseillers municipaux et communaux seront élus au scrutin de liste proportionnelle dans les circonscriptions disposant d'au moins deux sièges et au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans les circonscriptions qui ne disposent que d'un siège.

Les conseillers de villages et de quartiers de ville seront élus au scrutin direct à un tour.

Plus de 5.000 bureaux de vote seront ouverts de 07h00 à 17h00 (16h00 GMT) dans plus de 500 circonscriptions ou arrondissements du pays.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Voir plus loin

Santé

Le service d’ophtalmologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé a reçu vendredi de nouveaux équipements.

L'art descend dans la rue

Culture

Les commémorations du 57e anniversaire de l’indépendance ont pris fin vendredi avec l’inauguration d’une gigantesque fresque.

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.