Les « Trois Glorieuses »

24/01/2011
Les « Trois Glorieuses »

Le président Faure Gnassingbé a assisté lundi à Sarakawa, dans la préfecture de la Kozah, aux manifestations marquant le 37e anniversaire de l'attentat contre le général Eyadema (décédé en février 2005).

Faure a déposé une gerbe au mausolée où se trouve l’épave du DC3 et salué la mémoire des disparus.

Le 10 janvier 1974, le président Eyadema annonce que son gouvernement porte de 35 à 51% la part du Togo dans la société exploitante des mines de phosphate et décide que la commercialisation sera désormais assurée par un organisme public, l'Office togolais des phosphates (OTP).

Le 24 janvier 1974, le DC3 dans lequel il a pris place s'écrase à Sarakawa.
La responsabilité du crash est imputée à des milieux financiers hostiles à la décision du chef de l’Etat accusés d’avoir saboté l’appareil.
Le 2 février 1974, Gnassingbé Eyadema, sorti indemne, annonce la nationalisation pure et simple de la Compagnie togolaise des mines du Bénin.

Le Togo dès lors va plus que jamais s'affirmer soucieux de son indépendance économique et, plus généralement, de son authenticité.
Au nom de ce retour aux sources sera alors africanisé le nom de certaines villes et de nombreux togolais renonceront à leurs prénoms étrangers - Français principalement - au profit de prénoms typiquement africains.

Ainsi, le président lui-même abandonne Etienne au profit d’Eyadema.
L'année 1974 est qualifiée de « trois glorieuses » dans l’histoire du Togo.

VOIR LE DIAPORAMA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un modèle exemplaire de la coopération européenne

Coopération

Fréquentes au Togo, les pluies tropicales provoquent d’importantes inondations, notamment en milieu urbain.

Veille sanitaire

Santé

La grippe aviaire a fait son retour dans deux préfectures. Des mesures d'urgence ont été imposées doublées d'une surveillance sanitaire.

Rien ne va plus à Kinshasa

Union Africaine

En RDC, le médiateur togolais Edem Kodjo est dans l'incapacité de réunir le pouvoir et l'opposition. 

Le secteur privé ne contribue pas pleinement à la politique de relance

Développement

Le Togo, via différents accords et conventions, s’est engagé a utiliser de la façon la plus efficace l’aide publique au développement (APD).