Les élections sont une « joyeuse jubilation »

04/01/2010
Les élections sont une « joyeuse jubilation »

« Notre vote devra se passer dans un contexte de joie, de fête, de bonheur. Il nous faut contribuer, tous et chacun, à cet événement de joyeuse jubilation ». Ce sont les évêques du Togo qui parlent. Réunis en conférence fin novembre 2009, ils ont adressé aux partis politiques, aux candidats, à la Céni, aux forces de sécurité et aux électeurs un message de paix et de tolérance invitant les Togolais à voter « pour celui que, devant Dieu, nous jugeons le plus apte à nous diriger. Sortons des bureaux de vote, fiers d’avoir exprimé librement et sans contrainte ce que nous croyons être le meilleur choix pour le Togo ».
Voici le document publié à l’issue de la Conférence des évêques à Kpalimé
Chers fils et filles dans le Seigneur,
Et vous tous, hommes et femmes de bonne volonté,
1. Voici venir des jours où, une fois encore, les Togolais seront invités à aller aux urnes, pour se prononcer sur le candidat qu’ils jugeront le plus apte à conduire le pays pour les cinq années à venir. Et, en se souvenant de certaines situations passées, nombre de nos concitoyens se posent des questions : Faudra-t-il aller voter ? Pourquoi voter ?

Le chrétien, un citoyen enraciné dans le Christ

2. Le chrétien, ferment dans la pâte que constitue la société, est appelé à faire lever celle-ci afin qu’elle devienne une offrande agréable à la gloire de notre Dieu. La transformation de la nation togolaise et son bonheur ne peuvent se réaliser en dehors de l’action des fidèles du Christ. Sans eux, sans nous, le monde ne saurait ni connaître la vraie paix, ni rechercher la véritable justice, ni œuvrer pour le bien de tous. Car, il nous en souvient, le Seigneur Jésus nous a bien instruits à ce sujet, lui qui a affirmé que nous sommes le sel de la terre et la lumière du monde (cf. Mt 5, 13-14).
3. Dans les péripéties de notre histoire commune, nous avons le Christ avec nous, Lui, l’Emmanuel, sur nos routes d’hommes et de femmes en quête de vie, d’amour, de bonheur. Il partage nos joies et nos peines, il guérit nos doutes et nos découragements. Voilà pourquoi nous sommes forts et plus que vainqueurs, quelles que soient les surprises que nous réservent l’histoire et ceux qui, avec nous ou contre nous, l’écrivent.
Nous sommes donc inébranlables, solidement enracinés sur le roc qu’est pour nous le Fils de l’Homme. Que la pluie tombe, que le vent souffle, que la tempête se déchaîne, nous tenons fermes dans la foi, parce que Celui qui est mort pour nous est victorieux et que nous sommes victorieux en Lui qui nous a dit : « Courage, j’ai vaincu le monde » (Jn 16, 33).

4. Convaincus de la présence vivante et agissante du Maître de l’histoire dans l’histoire de notre peuple, sûrs de la mission qu’il nous confie, à savoir être les témoins de sa puissance de vie, nous avons le devoir sacré de donner le bon exemple dans la gestion de la chose publique, et dans l’accomplissement consciencieux de notre devoir de citoyens.

C’est cela qui nous commande de répondre présents, chacun pour son compte, et tous pour la nation, à l’élection présidentielle qui sera organisée en février 2010. En effet, le Togo ne saurait être construit sans ses fils et ses filles. Chacun, à sa place, a son mot à dire et sa pierre à apporter pour l’édification de la Nation.

5. Il est vrai que certains, désabusés à tort ou à raison, pourraient être tentés de s’abstenir de voter. A ceux-là nous voudrions dire qu’aucune démission n’a jamais promu l’homme ; c’est en faisant, comme il se doit, ce que l’on a à faire, dans le quotidien de notre existence, sous le regard du Dieu qui sonde les reins et les cœurs, que l’homme devient créateur à la suite et selon l’ordre même de Dieu. Ce n’est pas faire preuve de bravoure que d’abandonner la lutte, quelles que soient les raisons évoquées et les difficultés rencontrées.

Nous vous l’écrivions le 21 avril dernier ; « Donné à nous tous par le Créateur, le Togo appartient à tous ses fils. C’est donc à nous tous qu’il revient d’en prendre soin, de travailler ensemble à sa prospérité et à sa beauté, en veillant au bonheur de tous ses habitants » (Aimer notre pays le Togo et le servir, n° 4). Que personne n’abandonne son poste ; que chacun soit sentinelle en éveil et bâtisseur de paix toujours au travail.

Se sacrifier et travailler d’arrache-pied

6. Cela étant, il urge que les différents acteurs aient à cœur et présent à chacun de leurs choix, le bien supérieur de la nation. Il nous faut arrêter de penser d’abord et exclusivement à nous, à notre propre confort, à nos intérêts personnels. Levons la tête, prenons de la hauteur, regardons au loin, et construisons l’avenir en prenant, aujourd’hui, les décisions adéquates. S’il est vrai que le futur se construit au présent, il est surtout vrai que les vœux pieux et les meilleures intentions ne suffisent pas pour transformer notre monde. Il nous faut des actes, des actes concrets, expression de notre amour pour la mère Patrie et pour tous ses fils. A ce propos, le mot sacrifice devra prendre sens pour chacun et pour tous.

7. Il nous en souvient, nos ancêtres et autres protagonistes de notre indépendance ont dû consentir d’énormes sacrifices, pour que naisse la Nation togolaise. Comment pourrions-nous devenir les héritiers de ces vaillants martyrs, si nous ne tissons pas la nouvelle corde sur l’ancienne, et si nous nous employons à profiter de l’effort de nos prédécesseurs, sans penser aux générations à venir ?

Peut-être nous faut-il écouter à nouveau notre hymne national qui nous invite en ces termes : « Vainquons ou mourons, mais dans la dignité ». Comment vaincre sans combat ? Quelle dignité évoquer si notre vie se passait toute entière dans une recherche narcissique de nous-mêmes et de nous seulement ?

Voter comme en fêtant

8. Rappelons-nous que l’élection présidentielle prochaine se déroulera à deux mois de la célébration du jubilé d’or de la Nation togolaise. C’est dire que notre vote devra se passer dans un contexte de joie, de fête, de bonheur. Il nous faut contribuer, tous et chacun, à cet événement de joyeuse jubilation. Voter dans la joie et dans la paix, quel cadeau cela serait pour notre pays et pour tous ses habitants !

9. Voilà pourquoi, une fois encore, nous voudrions lancer un appel à tout le peuple et à chacune de ses composantes : Le Togo appartient à tous et c’est ensemble que nous en ferons un havre de paix ; c’est ensemble que nous en ferons l’or de l’humanité. C’est en s’acceptant mutuellement, en accueillant les apports les uns des autres, sûrs que nul ne peut jamais être fort, ni intelligent tout seul, que nous dissiperons les ténèbres pour faire advenir un jour nouveau.

Quelques messages

Aux Dirigeants

10. A ceux qui assument actuellement la lourde charge de veiller au bien commun, nous rappelons ceci. Depuis 2005, nous savions tous que nous aurions une élection présidentielle à organiser en 2010. Nous vous invitons donc à tout mettre en œuvre pour réussir cette élection, dans la sérénité, la paix et la joie. Mettez un point d’honneur à surprendre agréablement le continent africain et le monde entier par des élections véritablement libres et transparentes.
Aux membres de la CENI
11. Nous invitons les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à être vraiment indépendants : indépendants vis-à-vis des pressions extérieures, indépendants vis-à-vis des partis politiques qui vous ont délégués. Ecoutez votre conscience ; recherchez la vérité ; soyez du parti du bien. Ecrivez loyalement notre histoire et entrez dans l’histoire, par l’organisation correcte de cette élection, et par le bon déroulement des divers actes que requiert votre mission.

Aux candidats

12. C’est une bonne chose que de vouloir se mettre au service de la Nation. Mais faut-il, pour cela, détruire la Patrie et abuser des concitoyens ? Soyez des hommes de parole. Dites et faites, faites et dites, mais que ce soit toujours la tête levée, sans mensonge ni fausseté, sans malice ni cachotteries, sans roublardise ni honte. Soyez dignes de confiance. Que nous soyons tous fiers de vous.

N’oubliez pas que, dans toute course, un seul remporte la victoire. Souvenez-vous que tout échec peut devenir un tremplin pour l’avenir. Accepter et respecter le verdict réel des urnes, ce sera faire preuve d’une humilité qui ne pourra que vous grandir aux yeux de Dieu et devant les hommes.

Aux électeurs

13. La conscience, cette présence de Dieu en nous, mérite d’être écoutée, à tel point que, pour rien au monde, nul ne doit agir contre sa conscience droite et éclairée. Que chaque électeur veille donc à se donner une conscience droite, et qu’il la suive. Aucune promesse, aucune somme d’argent, aucune menace ne doivent vous décider à agir contre votre conscience. Soyons nous-mêmes. Restons dignes.

Le bien de la Nation n’est la propriété exclusive d’aucun groupe, ni d’aucune ethnie, ni d’aucune tribu, ni d’aucune religion, ni d’aucune race… Que l’appartenance à ces groupes humains ne soit pas le critère de nos choix. Votons pour celui que, devant Dieu, nous jugeons le plus apte à nous diriger. Sortons des bureaux de vote, fiers d’avoir exprimé librement et sans contrainte ce que nous croyons être le meilleur choix pour le Togo.

Mais, pour voter, il faut être sur les listes électorales et avoir reçu sa carte d’électeur. Faisons diligence pour nous munir des précieux documents. C’est alors que nous pourrons donner un coup de pouce à la marche commune vers un avenir plus radieux.
Aux membres des corps habillés
14. Les membres des forces de l’ordre et de la sécurité, et de l’armée sont, avant tout, des Togolais. Tout ce qui concerne le bonheur du pays les touche, eux aussi, de très près. Nous les invitons donc à placer l’intérêt de la Nation au-dessus de toute considération. La Nation avant tout ! La Nation en tout ! Le drapeau auquel vous avez été présentés symbolise la patrie ; en vous invitant à le défendre, c’est la patrie et chacune de ses composantes légitimes que nous vous convions à défendre et à protéger. L’oublier, ne serait-ce pas faillir à votre mission ? Puissiez-vous faire notre fierté à tous en cette circonstance d’une aussi grande délicatesse !

Aux partis politiques

15. La capacité d’un parti politique à conduire le peuple togolais et à servir nos intérêts se découvrira dans sa capacité à gérer ses propres membres. Un chef de parti et des dirigeants de partis, à quelque niveau que ce soit, qui seraient incapables d’insuffler paix, amour de la patrie et justice à leurs adhérents, comment pourront-t-ils prétendre diriger le Togo et nous conduire sur les chemins de notre épanouissement ? Que les partis politiques travaillent donc à apaiser le climat social, à promouvoir le dialogue dans la vérité, la sincérité et la concertation, dans l’écoute des autres. Les dialogues de sourds sont-ils de vrais dialogues ?
A tous
16. Nous lançons, au nom de Dieu, un appel pressant et solennel pour qu’il n’y ait ni casse, ni violence, de quelque nature que ce soit, et cela, avant, pendant et après les élections.

Election et jubilé d’or

17. Comme nous le disions ci-dessus, la prochaine élection aura lieu quelques mois à peine avant la célébration du jubilé d’or de l’Indépendance de notre pays. L’intronisation de l’élu aura lieu quelques semaines ou quelques jours avant le 27 avril 2010. La proximité de ces événements nous interpelle.

Notre souhait, c’est que cette élection présidentielle s’inscrive dans le cadre des manifestations qui devront marquer les cinquante ans de la naissance de la Nation togolaise. Sans doute le Dieu de toute providence nous appelle-t-il à une série de refondations : Refondation de la patrie, refondation de notre être-ensemble, refondation de la vie socio-politique, refondation de notre système économique, refondation de notre système judiciaire, bref, refondation de notre démocratie.

Prière

18. Il nous plaît de rappeler, en plus de la désormais traditionnelle prière pour la patrie, les dispositions que nous avons communiquées dans notre lettre du 21 avril 2009 : « Nous demandons et prescrivons que d’ici la célébration, le 27 avril 2010, de ce Jubilé d’Or du Togo, une messe soit célébrée dans toutes les paroisses aux intentions de la patrie, le 27 de chaque mois, à partir de mai 2009 » (Aimer notre pays le Togo et le servir, n° 14).

19. En ces moments si précieux pour notre pays, qu’il nous vienne spontanément à l’esprit de recourir à la Reine de la Paix, celle à qui notre Togo a été consacré depuis son Indépendance. Comme des enfants qui, menacés par un danger ou tout simplement sous l’effet de la peur, courent se jeter entre les bras de leur maman, jetons-nous, nous aussi, entre les bras de la Vierge Marie, Notre Dame du Perpétuel Secours, Mère de la Miséricorde.
Seigneur, fais de nous des instruments de ta paix.
« Là où il y a la haine, que je mette l’amour.
Là où il y a l’offense, que je mette le pardon.
Là où il y a la discorde, que je mette l’union.
Là où il y a l’erreur, que je mette la vérité.
Là où il y a le doute, que je mette la foi.
Là où il y a le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où il y a les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où il y a la tristesse, que je mette la joie.
O Seigneur,
Faites que je ne cherche pas tant
A être consolé qu’à consoler,
A être compris qu’à comprendre,
A être aimé qu’à aimer,
Car c’est en donnant que l’on reçoit ;
C’est en s’oubliant qu’on trouve ;
C’est en pardonnant qu’on est pardonné ;
C’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.
Amen. » (Prière attribuée à Saint François d’Assise)

Signataires :
Mgr Ambroise Kotamba DJOLIBA
Evêque de SOKODE
Président de la CET

Mgr Denis Komivi AMUZU-DZAKPAH

Archevêque de Lomé

Mgr Jacques Tukumbé ANYILUNDA
Evêque de Dapaong
Mgr Benoît Messan ALOWONOU
Evêque de Kpalimé
Vice-President de la CET
Mgr Isaac Jogues Agbéménya GAGLO
Evêque d’Aneho
Mgr Nicodème BARRIGAH BENISSAN
Evêque d’Atakpamé
Mgr Jacques Danka LONGA
Evêque de Kara

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo modernise ses prisons

Justice

Surpopulation, promiscuité, manque d’hygiène, violences. L'état des prisons n'est pas reluisante, mais c'est en cours d'amélioration.

Les conditions de la relance

Tourisme

Le gouvernement s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique.

Energie solaire photovoltaïque pour 62 localités

Environnement

Un prêt de 6 milliards de la BOAD va permettre au Togo de distribuer l'énergie solaire dans une soixantaine de localités.

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.