Les pouvoirs publics veulent protéger le réseau routier

22/03/2018
Les pouvoirs publics veulent protéger le réseau routier

Un réseau moderne mais rapidement dégradé

Depuis une décennie, des dizaines de milliards ont été consacrés à la réhabilitation du réseau routier. Dans les villes comme à l’intérieur du pays.

Problème, les infrastructures connaissent un vieillissement anormal. On en connait les raisons. La surcharge des poids lourds est en grande partie responsable de ce phénomène. Mais pas seulement. Il y a également la non observance du code de la route et les destructions volontaires.

Lors des manifestations, des pneus sont brûlés sur la chaussée avec des conséquences irréversibles pour le revêtement.

Face à cette situation, le gouvernement vient d’adopter un décret concernant le ‘patrimoine routier et les équipements connexes’.

Concrètement, seuls les véhicules présentant des caractéristiques techniques déclarées conformes et respectant la charge limite légale et le gabarit sont autorisés à faire usage des axes routiers ouverts à la circulation. En outre, le texte prévoit le pesage routier avec des équipements spécifiques, fixe le contrôle technique des véhicules et garantit l’intégrité de la voie publique. 

Enfin, le décret rend directement responsable toute personne qui cause un dommage aux équipements. Elle devra en assumer financièrement les réparations.

Sur ce dernier point, le flagrant délit devra être constaté. Pas évident.

L'entretien des route coûte chaque année une petite fortune à l'Etat.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.