Les trois glorieuses

24/01/2013
Les trois glorieuses

Le président Faure Gnassingbé (photo) a assisté jeudi à Sarakawa, dans la préfecture de la Kozah, aux manifestations marquant le 39e anniversaire de l'attentat de Sarakawa contre le général Eyadema (décédé en février 2005).

Faure a déposé une gerbe au mausolée où se trouve l’épave du DC3.

A ses côtés, plusieurs membres du gouvernement tout de blanc vêtus.

Le 10 janvier 1974, le président Eyadema annonce l’intention de son gouvernement de prendre la majorité des parts de la société exploitante des mines de phosphate et décide que la commercialisation sera désormais assurée par un organisme public.

Le 24 janvier 1974, le DC3 dans lequel il a pris place s'écrase à Sarakawa. Un sabotage imputé aux milieux financiers hostiles à la décision du chef de l’Etat.

La réaction ne tarde pas. Le 2 février 1974, Gnassingbé Eyadema, sorti miraculeusement indemne, annonce la nationalisation de la Compagnie togolaise des mines du Bénin.

Le Togo, dès lors, va plus que jamais s'affirmer soucieux de son indépendance économique et, plus généralement, de son authenticité. 

Au nom de ce retour aux sources sera alors africanisé le nom de certaines villes et de nombreux togolais renonceront à leurs prénoms étrangers - Français principalement - au profit de prénoms typiquement africains.

Ainsi, le président lui-même abandonne Etienne au profit d’Eyadema. 

L'année 1974 est qualifiée de « trois glorieuses » dans l’histoire du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Partage des ressources

Coopération

L’Autorité du bassin du Mono (ABM) tient depuis vendredi à Lomé sa session ministérielle.

En toute amitié

Sport

Les Eperviers se rendront au mois d’octobre en Russie pour rencontrer en match amical l’Iran (5 octobre).

Un moyen efficace de combattre le paludisme

Santé

La campagne de distribution de moustiquaires imprégnées a débuté jeudi à Notsé.

Armes retrouvées à Sokodé

Faits divers

Lors de la manifestation organisée le 19 août par le PNP (opposition) à Sokodé, des armes avaient été volées dans le commissariat avant qu’il ne soit la proie des flammes.