Mgr Barrigah souhaite le concours des hommes de Dieu

26/01/2010
Mgr Barrigah souhaite le concours des hommes de Dieu

Le président de la Commission « Vérité justice et réconciliation » (CVJR), Mgr Nicodème Barrigah, a rencontré lundi les leaders religieux dans le cadre de ses consultations régulières avec l’ensemble des partenaires au dialogue : hommes politiques, journalistes, société civile, etc…
"Ma mission impose le concours de tous. Je vous exhorte, vous hommes de Dieu, à jouer votre partition et à contribuer à travers vos prêches à l'apaisement des cœurs", a déclaré l'évêque d'Atakpamé.
"Nous avons déjà commencé par des prières dans nos églises. Nous maintenons cette action pour que le Togo retrouve enfin son unité nationale et aboutisse à une réconciliation définitive", a souligné le pasteur Mitré Djakouti, administrateur de l'Eglise des Assemblée de Dieu du Togo.
Depuis quelques semaines, les travaux de la CVJR marquent le pas. Mgr Barrigah se plaint d’un manque de moyens pour faire fonctionner l’institution, mais il y a aussi la volonté de ne pas trop remuer le passé à quelques semaines d’une élection cruciale pour l’avenir du Togo.
La Commission, créée à l’initiative du président Faure Gnassingbé, doit faire la lumière sur les évènements violents survenus au Togo de 1958 à 2005.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Opération neutralisation

Faits divers

Un Togolais et un Burkinabé ont été présentés jeudi à la presse par la police. Arrêtés récemment, ils font partie d’un gang de coupeurs de routes.

Le Roy : 'Adebayor est très important pour nous'

Sport

Adebayor a été incroyablement physique contre la Côte d’Ivoire. Claude Le Roy ne tarit pas d'éloges sur le capitaine des Eperviers.

Eléphants et Eperviers se séparent sur un nul

Sport

Le Togo et la Côte d’Ivoire ont fait match nul lundi à Oyem (0-0). La CAN commence bien pour les Eperviers.

Les raisons de la mort violente d'une Togolaise à Washington

Faits divers

Le meurtrier présumé de Waliyatou Amadou, une jeune togolaise de 23 ans poignardée à mort à Washington, est sous les verrous.