Ne pas confondre « consultations » et « Vérité et réconciliation »

26/05/2008
Ne pas confondre « consultations » et « Vérité et réconciliation »

Le 16 avril dernier, le président Faure Gnassingbé a lancé les consultations nationales devant permettre la création d'une commission « Vérité, paix et réconciliation nationale ». Le bureau du Haut Commissariat de Nations Unies aux Droits de l'Homme (HCDH) joue un rôle central dans ce processus.

Dans l'interview qui suit, Olatokunbo Ige, la coordonnatrice du projet, explique que de très nombreux Togolais seront consultés, y compris ceux de la diaspora. Il s'agit de récolter le maximum d'avis pour parvenir à des conclusions cohérentes. Republicoftogo.com : Quel est exactement le travail du bureau du Haut Commissariat de Nations Unies dans cette phase de consultations nationales ?

Olatokunbo Ige:

Nous sommes dans la phase préparatoire de ces consultations nationales. Cette phase consiste à former les différents acteurs, nos équipes, les journalistes, les forces de l'ordre, la société civile et les ONG sur les différentes étapes en tenant compte du temps imparti (trois mois) pour ces consultations.

Nous avons actuellement, nos équipes sur le terrain pour une prise de contact avec les associations, les hommes politiques, les groupes communautaires afin de les préparer à aborder l'étape des questionnaires, des entretiens individuels et la réunion des groupes.

Il existe une très grande attente de la population, nous avons des rapports quasi quotidiens de nos équipes sur le terrain qui nous disent tout l'engouement que ces consultations suscitent auprès des gens.

Avant le lancement de ces consultations, il y avait une confusion dans l'esprit de certains Togolais entre consultations et commission « vérité, paix et réconciliation ». Celle-ci sera lancée au terme justement de ces consultations.

Il était donc de notre devoir d'apporter les clarifications et dissiper tout malentendu.

Republicoftogo.com : Sur le plan pratique, comment entendez-vous mener ces consultations sur le terrain ?

Olatokunbo Ige :

Il y a trois méthodes de consultation : d'abord il y a des entretiens individuels qui se feront avec des personnalités que nous pouvons qualifier de « sages », des gens qui connaissent bien l'histoire du pays. Nous passerons presque une journée avec chacun de ces individus pour recueillir le maximum d'information possible. Ensuite il y a les consultations générales avec la population qui se feront grâce à des questionnaires.

Nous pensons pouvoir cibler au moins 10% de l'électorat du Togo, y compris les Togolais de la diaspora qui pourront donner leur avis via notre site.

Ils auront la possibilité de remplir les questionnaires en ligne et de participer à des débats dans les forums sur Internet.

Le dernier niveau, ce sont les réunions de groupes par métiers, par associations, ou groupes communautaires.. Cela n'exclut pas la possibilité de prendre des gens individuellement si le besoin s'en fait sentir.

Republicoftogo.com : Au terme de ces enquêtes sur le terrain, votre bureau établira un rapport. A quoi va-t-il servir au juste ?

Olatokunbo Ige :

Comme il s'agit d'une méthodologie mixte, c'est-à-dire des recherches qualitatives et quantitatives, nos experts sociologues vont mener la démarche scientifique pour recouper l'ensemble des informations que nous auront recueillies au près de la population. Nous avons ensuite la responsabilité de rédiger un rapport conséquent que nous mettrons à la disposition des autorités togolaises. Ce sont elles qui décideront de la suite à donner à la démarche.

Republicoftog.com : Et votre mission sera alors terminée.

Olatokunbo Ige :

Non, nous assurerons toujours le suivi et nous continuerons d'apporter notre appui technique au gouvernement.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo se mobilise en faveur des sinistrés

Cédéao

Faure Gnassingbé a effectué jeudi une visite de quelques heures en Sierra-Leone pour évaluer l’ampleur des dégâts.

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !