‘Nous sommes une passerelle entre des positions extrêmes et la raison’

10/09/2017
‘Nous sommes une passerelle entre des positions extrêmes et la raison’

'La rue est difficilement gérable'

L’UFC, parti de l’opposition historique, n’a pas pris part aux récentes manifestations. Cependant, la formation dirigée par Gilchrist Olympio demande au gouvernement d’écouter la population et de lancer rapidement le processus de réformes politiques.

‘Les autorités doivent  considérer les dernières manifestations comme un ras-le-bol de la population’, explique le député Sambiani Jimongou, secrétaire général de l’UFC.

Republicoftogo.com : L’opposition réclame des réformes dans le cadre de l’APG dont votre parti a été l’un des principaux signataires. Quelle la position de votre mouvement ?

Pierre Sambiani Jimongou : L’Accord politique global (APG, conclu en 2006) a été signé à l'issue du dialogue inter-togolais initié pour résoudre la crise issue de l'élection présidentielle d'avril 2005. Cet accord devait permettre de créer un cadre électoral consensuel qui garantit des élections justes transparentes et acceptables et de poursuivre les réformes constitutionnelles et institutionnelles nécessaires à la consolidation de la démocratie.

 11ans après, même si des élections se sont déroulées sans violences, elles ont été contestées.  Donc, le cadre électoral mis en place n'a pas permis d'organiser des scrutins justes, transparents et acceptables par tous.

L'opposition juge ce cadre électoral non satisfaisant et aujourd'hui la situation se complique avec la volonté du gouvernement de mettre en place une Commission électorale technique.

La tournée de la Commission de réflexion sur les réformes n’a pas été un franc succès.

Il y a à mon sens un sentiment de frustration qui explique les évènements de ces dernières semaines.

Le gouvernement doit considérer les dernières manifestations comme un ras-le-bol de la population et envisager avec sagesse des solutions justes dans les meilleurs délais. Un adage dit: "qui remet toujours à demain trouvera malheur en chemin".

Republicoftogo.com : Une grande partie de l’opposition appelle à l’union, mais l’UFC semble vouloir garder son autonomie

Pierre Sambiani Jimongou : Chaque parti est libre de choisir ses moyens d'action. 

Certains appellent à descendre dans la rue. Nous respectons leur choix. L'UFC, conformément à sa nouvelle vision qui est l'alternance politique pacifique, a choisi la voie de la négociation.

Il nous a été reproché  par le passé d'envoyer la jeunesse se faire tuer. Nous ne voulons plus de sang et la rue est difficilement gérable. Par ailleurs, ces deux actions sont complémentaires et non antagonistes.

Elles concourent à l'atteinte du même objectif : la réalisation des reformes.

Nous rappelons que les réformes sont le fondement même de notre vision actuelle parce que l'UFC est convaincue qu'elles permettront de mettre en place des institutions fortes et l'organisation d'élections justes transparentes et acceptables pour une alternance politique pacifique.

Nous ne voulons pas mettre de l’huile sur le feu. L’UFC joue un rôle de force tampon ; nous sommes une passerelle entre des positions extrêmes et la raison.

Republicoftogo.com : Gilchrist Olympio est resté silencieux sur les derniers évènements 

Pierre Sambiani Jimongou : Le président du parti a entamé des pourparlers avec les responsables de la majorité. Plusieurs rencontres ont déjà eu lieu. Parallèlement, il a rencontré certains responsables de l'opposition, signataires de l'APG, dans le but de désamorcer la crise.

Des rencontres sont prévues avec la chefferie traditionnelle, les responsables religieux les chancelleries et aussi des médias dans les prochains jours.

Republicoftogo.com : Comment jugez-vous l’avancée du processus de décentralisation. Une autre revendication de l’opposition ?

Pierre Sambiani Jimongou : Il reste encore beaucoup de choses à faire et les élections locales sont prévues pour 2018. Le gouvernement devra faire vite et bien, mais sans précipitation.

Pour l'UFC, l'important c'est que le gouvernement prenne des mesures pour qu'il y ait un développement équitable et harmonieux de toutes les communes.

L'UFC appelle la classe politique à faire preuve de discernement et à apporter des propositions constructives pour une décentralisation réussie.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.

Faux médicaments : la gendarmerie met la pression sur les trafiquants

Santé

La gendarmerie a saisi récemment un important lot de médicaments contrefaits. Les trafiquants sont de mieux en mieux organisés. 

Nouvelle centrale solaire inaugurée à Assoukoko

Développement

Le président Faure Gnassingbé a inauguré mercredi à Assoukoko (préfecture de Blitta, 200 km de Lomé) une nouvelle centrale photovoltaïque.