Olympio de passage à Lomé

10/01/2007
Olympio de passage à Lomé

L'opposant au régime togolais actuel, Gilchrist Olympio, qui vit en exil à Paris depuis 1999, est attendu le 20 janvier à Lomé où il participera au Conseil national de son parti, l'Union des forces de changement (UFC), a-t-on appris mercredi au siège de l'UFC.

Selon un responsable de l'UFC, M. Olympio effectuera également une tournée dans plusieurs régions du pays en vue des prochaines élections législatives.  

L'UFC, qui a refusé de participer au gouvernement actuel dirigé par l'opposant Yaovi Agboyibo, a annoncé lundi qu'il comptait se battre pour que les législatives se déroulent dans des "conditions de transparence et de sécurité".

 

Aucune date n'a encore été annoncée mais la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a proposé le 24 juin 2007. Le mandat de l'actuel Parlement doit s'achever en octobre 2007.

 

Gilchrist Olympio, 69 ans, est le fils de Sylvanus Olympio, le premier président du Togo assassiné en 1963.

 

Selon ses proches, il craint pour sa sécurité après avoir été victime d'un attentat en mai 1992 dans le centre du pays.

 

Sa dernière visite à Lomé remonte à avril à l'occasion du 46e anniversaire de l'indépendance qu'il avait fêté avec des militants de son parti.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.