Olympio préside le Bureau national

11/05/2010
Olympio préside le Bureau national

Le président de l’Union des forces de changement (UFC, opposition), Gilchrist Olympio, a présidé lundi une réunion du Bureau national du parti.
L’ensemble des membres, y compris Patrick Lawson et Jean-Pierre Fabre, du camp des réformistes, étaient présents.
« Les discussions ont été parfois un peu rudes, mais dans le respect mutuel. Tous les sujets ont été abordés », a déclaré M. Lawson, le premier vice président.
Gilchrist Olympio a préconisé la mise en place d’un comité chargé d’étudier les « dissensions et incompréhensions qui minent actuellement l’UFC ».
S’agissant d’une éventuelle participation de l’UFC au prochain gouvernement, Patrick Lawson a précisé qu’ « une lettre a été envoyée au président national qui a délégué des gens pour son propre
compte pour faire une exploration, mais cela n’engage pas encore le parti » a-t-il déclaré.
Le Premier ministre a entamé en début de semaine des consultations en vue de former un gouvernement de « large ouverture ».
Le président Faure Gnassingbé a été réélu le 4 mars dernier à la tête du Togo ; des résultats contestés par une partie des membres de l’UFC et du Frac, une coalition d’opposants créée quelques jours avant le scrutin.

En photo : Jean-Pierre Fabre (à gauche) et Gilchrist Olympio lors d'un meeting en mars 2010 à Lomé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.