On ne prête plus qu’aux riches

17/01/2014
On ne prête plus qu’aux riches

Repousser les frontières de l’exclusion financière, telle est l'ambition duFonds national pour la finance inclusive (FNFI), dont la création a été annoncée récemment par le gouvernement.

L’objectif est de parvenir, d’ici 5 ans, à créer des emplois, à stimuler les activités génératrices de revenus et à aider au développement des micro entreprises. Au Total, 2 millions de personnes pourraient en profiter directement.

Pour la ministre du Développement à la base, Victoire Dogné-Tomegah, en charge de sa mise en œuvre, le FNFI se veut une réponse institutionnelle forte aux contraintes spécifiques d’accès des populations les plus défavorisées aux services financiers de base.

Pour que ce projet réussisse, encore faut-il le faire connaître.

C’est la raison pour laquelle des réunions d’information se déroulent à l’intérieur du pays depuis le début de la semaine ; elle se poursuivront jusqu’au 20 janvier, prélude au lancement officiel qui aura lieu le 24 janvier. 

Le secteur de la micro finance a connu une forte croissance ces 10 dernières années au Togo. 62.400 bénéficiaires en 1995 ; 1.333.934 au 30 juin 2013 ! En revanche, l’accès aux crédits bancaires classiques reste quasi-impossible pour les entrepreneurs à faibles ressources faute de pouvoir offrir des garanties.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.