Oulégoh Kéyéwa : « Je ne suis pas magicien ; simplement ministre »

20/12/2008
Oulégoh Kéyéwa : « Je ne suis pas magicien ; simplement ministre »

Equipements vieillissants à la TVT et à Radio Lomé, absence de motivation des journalistes, conditions de travail difficiles. Oulégoh Kéyéwa, le ministre de la Communication, veut faire bouger les choses.

Mais il reconnaît qu'il n'est pas magicien et qu'il faudra un peu plus qu'une baguette magique pour moderniser le secteur des médias. Il se déclare cependant optimiste grâce au soutien du chef de l'Etat, du Premier ministre et de la mobilisation des bailleurs de fonds. Dès votre nomination, vous avez réalisé un audit de votre ministère. Quel est l'état des lieux ?

Oulégoh Kéyéwa :

Je dois d'abord remercier le chef de l'Etat et le Premier ministre qui ont placé leur confiance en moi en me nommant à ce poste. Cet audit a permis d'y voir clair et d'identifier les problèmes. Ils ne manquent pas. Il y a en priorité la formation des journalistes et des techniciens, le besoin en matériel, la vétusté des équipements ou le délabrement avancé des locaux.

 

Au terme de cet audit, quelles sont vos priorités ?

Oulégoh Kéyéwa :

Le président et le Premier Ministre veulent du concret.

Si la santé, l'éduction ou les infrastructures sont prioritaires au Togo, cela ne signifie pas pour autant que le secteur de la communication doit être négligé.

Il n'y a pas de solution miracle et je ne suis pas magicien mais simplement ministre. Toutefois, nous allons moderniser les médias publics tant dans leur fonctionnement que dans les outils qu'ils auront à leur disposition.

Les médias publics travaillent dans la précarité. L'absence de ressources et de moyens techniques est un handicap pour délivrer un contenu de qualité. Radio Lomé, la TVT ou l'Atop connaissent de vrais problèmes.

La rupture de la coopération avec nos partenaires au développement pendant plus de quinze ans a eu un impact négatif sur tous les secteurs d'activités. Aujourd'hui tout est à reconstruire, tout est à réhabiliter.

L'effet visible de la reprise avec les bailleurs de fonds va se matérialiser sur le terrain par la réfection des bâtiments, l'équipement en matériel roulant et en mobilier de bureaux, le recyclage et la formation des différents agents, l'amélioration des conditions de vie des uns et des autres.

Il suffit de faire un tour aujourd'hui à la TVT, à Radio Lomé, à Radio Kara, à l'ATOP (Agence togolaise de presse, ndlr) ou même à mon cabinet, vous verrez que beaucoup de choses sont en train de changer.

Dans tous les cas, nous restons optimistes car toutes ces préoccupations sont déjà inscrites dans le plan d'action prioritaire de notre département que nous avons élaboré et soumis au gouvernement.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Votez pour eux !

Culture

Toofan a été nominé aux MTV Africa Music Awards dans la catégorie ‘meilleur groupe’

Comment le numérique va changer la vie des agriculteurs

Tech & Web

A Paris, Cina Lawson a expliqué comment la numérique pouvait s'inscrire dans une logique de développement de l'agriculture. 

'Il n'y a pas de fatalité à la famine'

Développement

Le président Faure Gnassingbé a pris part jeudi à New York à un side event sur le thème de l’élimination de la faim.