Paranoïa

07/02/2013
Paranoïa

«Les conversations des responsables politiques sont constamment écoutées par les agents du pouvoir et il y a des interférences dans leurs communications téléphoniques. Une situation qui les oblige à la prudence dans l’utilisation des réseaux de téléphonie nationaux ». C’est ce qu’a indiqué lundi Jil-Bénoît Afangbédji, l’un des responsables du Collectif d’opposants « Sauvons le Togo » (CST).

« C’est une situation illégale », affirme-t-il. Pour sa part Jean Kissi, le secrétaire général du CAR, lie les écoutes téléphoniques à un état de dictature ».

Les pays démocratiques pratiquent les écoutes téléphoniques lors d’investigations criminelles, dans la lutte contre le terrorisme ou en cas d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

MM. Kissi et Afangbédji ne rentrent pas dans ce cas de figure.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.

Faux médicaments : la gendarmerie met la pression sur les trafiquants

Santé

La gendarmerie a saisi récemment un important lot de médicaments contrefaits. Les trafiquants sont de mieux en mieux organisés.