Paranoïa

07/02/2013
Paranoïa

«Les conversations des responsables politiques sont constamment écoutées par les agents du pouvoir et il y a des interférences dans leurs communications téléphoniques. Une situation qui les oblige à la prudence dans l’utilisation des réseaux de téléphonie nationaux ». C’est ce qu’a indiqué lundi Jil-Bénoît Afangbédji, l’un des responsables du Collectif d’opposants « Sauvons le Togo » (CST).

« C’est une situation illégale », affirme-t-il. Pour sa part Jean Kissi, le secrétaire général du CAR, lie les écoutes téléphoniques à un état de dictature ».

Les pays démocratiques pratiquent les écoutes téléphoniques lors d’investigations criminelles, dans la lutte contre le terrorisme ou en cas d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

MM. Kissi et Afangbédji ne rentrent pas dans ce cas de figure.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.

Prochaine ratification de l'accord sur le climat

Environnement

Les députés ont autorisé mardi le Togo à ratifier l’accord de Paris sur le climat. Un vote obtenu à l’unanimité.

Pays d'accueil et d'intégration

Diaspora

La Semaine de l’intégration africaine s’est ouverte lundi à Lomé. Cinq jours de débats et séminaires sur le thème de la jeunesse et de l’intégration.

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.