Paranoïa

07/02/2013
Paranoïa

«Les conversations des responsables politiques sont constamment écoutées par les agents du pouvoir et il y a des interférences dans leurs communications téléphoniques. Une situation qui les oblige à la prudence dans l’utilisation des réseaux de téléphonie nationaux ». C’est ce qu’a indiqué lundi Jil-Bénoît Afangbédji, l’un des responsables du Collectif d’opposants « Sauvons le Togo » (CST).

« C’est une situation illégale », affirme-t-il. Pour sa part Jean Kissi, le secrétaire général du CAR, lie les écoutes téléphoniques à un état de dictature ».

Les pays démocratiques pratiquent les écoutes téléphoniques lors d’investigations criminelles, dans la lutte contre le terrorisme ou en cas d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

MM. Kissi et Afangbédji ne rentrent pas dans ce cas de figure.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.