Participation d’Olympio à la présidentielle de moins en moins probable

14/01/2010
Participation d’Olympio à la présidentielle de moins en moins probable

Gilchrist Olympio ne pourra pas venir à Lomé pour passer la visite médicale obligatoire en vue de la présidentielle du 28 février en raison d’un "mal de dos", a-t-on appris jeudi auprès de son parti.
"Notre président, actuellement aux Etats-Unis, souffre d’un mal de dos qui l’empêche de voyager. Il ne peut donc pas se soumettre aux formalités et examens qui exigent sa présence physique à Lomé les prochains jours", a déclaré Patrick Lawson, premier vice-président de l’UFC.
Selon la Constitution, "nul ne peut être candidat aux fonctions de président de la République s’il ne présente un état général de bien-être physique et mental dûment constaté par trois médecins assermentés, désignés par la Cour Constitutionnelle".
Dans ces conditions, l’UFC devrait désigner un autre candidat. On parle de Jean-Pierre Fabre (à droite sur la photo), le secrétaire général du mouvement, mais ce dernier ne semble pas faire l’unanimité dans les rangs de l’UFC.
« Fabre est un militant, un homme de manifestation, mais pas un politicien expérimenté », explique un cadre du parti.
Les élections présidentielles auront lieu au Togo le 28 février prochain.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.