Pas de manif de l'opposition

04/08/2007
Pas de manif de l'opposition

Le gouvernement togolais a interdit la marche prévue samedi à Lomé par des partis de l'opposition et des organisations de la société civile pour dénoncer les irrégularités du processus électoral, l'impunité et la cherté de la vie. Dans un communiqué publié vendredi soir, le gouvernement du Togo indique avoir donné des "instructions" aux forces de sécurité d'empêcher cette manifestation et de garantir la paix et la sécurité publiques.

"L'objectif visé par les organisateurs étant de porter atteinte aux valeurs républicaines, le gouvernement ne peut accepter la tenue d'une telle manifestation", indique le communiqué.Des chefs traditionnels du quartier Bè, dans le sud-est de Lomé, ont interdit toute manifestation dans leur zone considérée comme le fief de l'opposition.

Samedi matin, des forces de sécurité ont quadrillé la capitale togolaise, occupant les zones névralgiques situées sur l'itinéraire que devaient emprunter les manifestants.

Les organisateurs de la manifestation ont dénoncé l'attitude du gouvernement, dénonçant sa décision "arbitraire".

Parmi les partis qui avaient appelé à la marche figurent l'Union des forces de changement (UFC), l'Alliance des démocrates pour le développement (ADDI), le Parti des travailleurs, l'Union pour la démocratie et la solidarité (UDS- Togo).

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Grand Prix de la Kozah : victoire de Hamza Assoumanou

Sport

La première édition du tour cycliste  'Grand Prix de la Kozah' a été remportée jeudi par Hamza Assoumanou de l’équipe Bike Aid (Kpalimé).

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.