Pas de solution parfaite en politique

14/11/2010
Pas de solution parfaite en politique

Six mois après avoir signé un accord de gouvernement avec le RPT (au pouvoir), l’UFC est-elle parvenue à peser sur les décisions ? Oui, selon Gilchrist Olympio, le président du principal parti d’opposition, mais ses adversaires parlent d’un « marché de dupes ».
Sophie Mongalvy de l’AFP interroge dimanche les uns et les autres.
"C'est comme si on avait voulu débaucher le nom +Gilchrist Olympio, opposant historique+ pour donner une certaine force au régime en place mais ça n'a rien apporté", estime Zeus Aziadouvo, directeur du quotidien privé "Liberté", un journal très proche de Jean-Pierre Fabre.
Dimas Dzikodo (photo), directeur du quotidien privé indépendant Forum de la semaine, défend lui l'accord et estime que Gilchrist Olympio est désormais le seul opposant à posséder un petit moyen de pression sur le pouvoir. Car s'il claque la porte du gouvernement, ce sera un échec personnel pour le chef de l'Etat et sa politique de réconciliation et d'ouverture.
Et face aux protestations de l'opposition, M. Dimas met en garde: "s'il y a trop de soulèvements au Togo, si Faure est affaibli, c'est l'armée qui va prendre le devant".
Pour le Comité d'action pour le renouveau (CAR, opposition) qui se dit ouvert au dialogue, les conditions ne sont pas réunies actuellement pour envisager une quelconque coopération avec le parti du pouvoir.
L'accord signé par M. Olympio est "un marché de dupes", selon le président du CAR, Paul Dodji Apevon qui avait pourtant été consulté par le Premier ministre lors de la constitution du gouvernement.
"Après 40 ans de confrontation, on ne peut pas nommer un seul résultat positif". Il fallait donc "prendre un autre chemin" et accepter la main tendue du président, explique à l’AFP M. Olympio.
"Nous ne pouvons pas gouverner, nous n'avons que sept ministres", dit-il en souriant. Mais le RPT consulte son parti et l'écoute, assure-t-il. "Il n'y a pas de solution parfaite en politique", résume l'opposant, âgé de 73 ans.
Confiant, il croit que "ceux qui ne sont pas d'accord" finiront par lui emboîter le pas. Car le Togo, où "la pauvreté se lit sur tous les visages" a besoin d'une solution nationale, estime-t-il.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ethnique et chic

Culture

Le 10 août prochain, le designer Latif Kérim Dikéni présentera sa nouvelle collection hommes au cours d’une soirée organisée dans un grand hôtel de Lomé.

'Dynamique exceptionnelle vers l’émergence'

Développement

A New York depuis le début de la semaine, le Premier ministre s'est entretenu avec un certain nombre de responsables des Nations Unies 

Six grandes villes bénéficiaires d'un nouveau projet de développement

Développement

La Banque mondiale va investir 30 millions de dollars dans le projet d’infrastructure et de développement urbain (PIDU).

Combattre les causes premières de la pauvreté

Développement

Un segment ministériel du Forum politique de haut-niveau sur le développement durable s’est ouvert hier à New York.