Pour certains « titrologues », Fabre a trahi

20/01/2010
Pour certains « titrologues », Fabre a trahi

La candidature surprise de Jean-Pierre Fabre à la présidentielle continue de faire couler beaucoup d’encre et d’alimenter les conversations. Devant le kiosque à journaux situé devant le ministère de l’Economie et des Finances (CASEF), les nombreux habitués commentent les titres des journaux privés et refont le monde.
Sujet de prédilection depuis vendredi dernier, l’éviction du leader historique de l’UFC, Gilchrist Olympio, au profit de Jean-Pierre Fabre.
Et les discussions sont parfois houleuses. Deux camps s’affrontent, ceux qui estiment que Fo Gil est usé et qu’il ne peut plus rien apporter au Togo, contrairement à Fabre, et les autres qui pensent que Jean-Pierre Fabre est un usurpateur qui a empêché le premier vice-président du parti, Patrick Lawson, de déposer sa candidature.
Une seule chose rassemble les pro et les anti-Fabre : la certitude que l’opposition sera incapable de se mettre d’accord sur une candidature unique pour le 28 février.
Les « titrologues » du CASEF, appelés ainsi car développant leurs analyses à partir des seuls titres des couvertures des journaux, estiment enfin que le leader du CAR, Me Yawovi Agboyibo, doit se retirer de la course à la présidentielle.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.