Facture salée pour les petits candidats

07/03/2010
Facture salée pour les petits candidats

Réveil douloureux pour les candidats qui n’ont pas franchi la barre fatidique des 5% de voix à l’élection présidentielle au Togo. La caution de 20 millions de F CFA exigée lors du dépôt du dossier de candidature ne leur sera pas remboursé. Bonne affaire, en revanche, pour le Trésor public qui encaisse définitivement 100. Millions.
Agbéyomé Kodjo (Obuts), Yawovi Agboyibo (CAR), Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson (CDPA), Nicolas Lawson (PRR) et Bassabi Kagbara (PDP) doivent avoir une bonne migraine en ce dimanche matin car outre les 20 millions perdus s’ajoutent les sommes importantes dépensées pour l’organisation des meetings ou l’impression des affiches.
Aux considérations financières, s’ajoute la question d’un avenir politique incertain.
Comment un Agbéyomé Kodjo avec 0,85% des voix peut-il encore prétendre jouer un rôle au Togo ? Idem pour Mme Johnson de la CDPA.
Même le CAR qui présentait Me Agboyibo a de quoi se faire du souci avec seulement 2,96% de suffrages. Certes, le parti dispose d’une représentation à l’Assemblée nationale, mais la sanction de la présidentielle est sévère.

En photo : Agbéyomé Kodjo, le candidat et président du micro-parti Obuts

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.