Mauvais perdant !

07/03/2010
Mauvais perdant !

Depuis la publication samedi soir des résultats de l’élection présidentielle au Togo, c’est le silence total à l’UFC, le parti qui a présenté Jean-Pierre Fabre.
Selon les résultats provisoires publiés par la Céni, M. Fabre obtient 33,94% des voix contre 60,92% au président sortant, Faure Gnassingbé.
Une sévère défaite pour le parti fondé par Gilchrist Olympio.
Sur le site du candidat, pas une ligne sur les résultats, pas un chiffre, pas un pourcentage, pas un commentaire.
Juste en page d’accueil l’annonce datant de vendredi qui auto-proclamait Jean-Pierre Fabre nouveau président du Togo avec un score de « 75 à 80% des voix ».
« Le comportent de l’UFC est enfantin, c’est une grave erreur politique que cette annonce farfelue de vendredi. M. Fabre aurait tout intérêt à reconnaître rapidement les résultats officiels qui sont sans appel et ne laissent pas de place à la contestation », explique, sous couvert d’anonymat, un membre de la mission d’observation de l’Union européenne.
Mais le parti ne semble pas l’entendre de cette oreille. Eric Dupuy, secrétaire national à la communication de l'Union des Forces de changements a déclaré dimanche : "Nous ne reconnaissons pas les résultats et nous allons lutter". Des responsables de l'opposition devraient se réunir dans la journée "pour définir les actions à mener dans les prochains jours".

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.