Questions orales sur la vie chère

09/05/2008
Questions orales sur la vie chère

Une séance de questions orales a eu lieu hier à l'Assemblée entre les députés et le ministre du Commerce, Yantcha Yantchabré, sur la question de la vie chère au Togo. Le ministre a été interpellé sur  les mesures prises et sur celles à prendre pour endiguer le phénomène de la vie chère.  A terme des échanges, les sentiments sont partagés. « Nous sommes heureux de constater  que le gouvernement est ouvert au dialogue, nous en somme satisfaits » s'est réjouit Dama Dramani, président du groupe parlementaire RPT.

Son de cloche différent à l'UFC (opposition).  Patrick Lowson estime que les mesures présentées ne sont pas conformes aux attentes de la population. « Il y a certaines taxes que le gouvernement doit supprimer  pour soulager le peuple » a expliqué ce député UFC, président de la commission chargée des relations extérieures de l'Assemblée Nationale. Quant au président de l'Assemblée, il a souhaité que les autorités luttent contre la spéculation car « c'est la spéculation qui annihile les efforts du gouvernement » a estimé El Hadj Abass Bonfoh.

Depuis sa mise en place en octobre 2007, c'est la première fois que l'Assemblée Nationale initie une séance de questions orales.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.