Questions orales sur la vie chère

09/05/2008
Questions orales sur la vie chère

Une séance de questions orales a eu lieu hier à l'Assemblée entre les députés et le ministre du Commerce, Yantcha Yantchabré, sur la question de la vie chère au Togo. Le ministre a été interpellé sur  les mesures prises et sur celles à prendre pour endiguer le phénomène de la vie chère.  A terme des échanges, les sentiments sont partagés. « Nous sommes heureux de constater  que le gouvernement est ouvert au dialogue, nous en somme satisfaits » s'est réjouit Dama Dramani, président du groupe parlementaire RPT.

Son de cloche différent à l'UFC (opposition).  Patrick Lowson estime que les mesures présentées ne sont pas conformes aux attentes de la population. « Il y a certaines taxes que le gouvernement doit supprimer  pour soulager le peuple » a expliqué ce député UFC, président de la commission chargée des relations extérieures de l'Assemblée Nationale. Quant au président de l'Assemblée, il a souhaité que les autorités luttent contre la spéculation car « c'est la spéculation qui annihile les efforts du gouvernement » a estimé El Hadj Abass Bonfoh.

Depuis sa mise en place en octobre 2007, c'est la première fois que l'Assemblée Nationale initie une séance de questions orales.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.