Rapatriement volontaire

09/05/2012
Rapatriement volontaire

Le président Faure Gnassingbé a évoqué mercredi avec le nouveau représentant du Haut commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), Theophilus Vodounou, la situation des 20.000 réfugiés de diverses nationalité installés sur le sol togolais. Ils sont Ghanéens et Ivoiriens, notamment.

Leur statut n’a plus de sens car aucun péril ne pèse sur leur pays d’origine où leur sécurité peut être assurée. Il est donc devenu nécessaire d’envisager leur rapatriement volontaire.

Et pour cela, le HCR a besoin de l’appui du Togo. 

«Avec le chef de l’Etat, j’ai exploré exploré les moyens de faciliter le rapatriement dans les pays d’origine », a précisé M. Vodounou.

Le Togo compte à ce jour 10.000 réfugiés Ghanéens et 5000 Ivoiriens (dont 3000 installés au camp d’Avépozo), les autres sont issus de 14 nationalités différentes, principalement africaines.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.

Réponse rapide en faveur des populations défavorisées

Développement

Le PNUD a signé vendredi deux nouvelles conventions qui vont permettre d'étoffer les stratégies du PUDC de lutte contre la pauvreté.

L'évènement digital de la rentrée

Tech & Web

Le Togo a amorcé sa révolution numérique. L’essor de la sphère digitale, synonyme de développement économique et social, est incontournable.