Rapatriement volontaire

09/05/2012
Rapatriement volontaire

Le président Faure Gnassingbé a évoqué mercredi avec le nouveau représentant du Haut commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), Theophilus Vodounou, la situation des 20.000 réfugiés de diverses nationalité installés sur le sol togolais. Ils sont Ghanéens et Ivoiriens, notamment.

Leur statut n’a plus de sens car aucun péril ne pèse sur leur pays d’origine où leur sécurité peut être assurée. Il est donc devenu nécessaire d’envisager leur rapatriement volontaire.

Et pour cela, le HCR a besoin de l’appui du Togo. 

«Avec le chef de l’Etat, j’ai exploré exploré les moyens de faciliter le rapatriement dans les pays d’origine », a précisé M. Vodounou.

Le Togo compte à ce jour 10.000 réfugiés Ghanéens et 5000 Ivoiriens (dont 3000 installés au camp d’Avépozo), les autres sont issus de 14 nationalités différentes, principalement africaines.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Adebayor indisponible pour une période indéterminée

Sport

Sale coup pour Emmanuel Adebayor, le capitaine des Eperviers. Selon le site StarAfrica le footballeur s’est blessé lors de la rencontre dimanche contre une équipe turque.

A la liberté, à la vie !

Culture

Le bureau régional de l’organisation de la Francophonie (OIF) a présenté lundi à Lomé son initiative baptisée ‘Libres ensemble’.

Un refuge efficace contre les moustiques

Santé

Le ministère de la Santé va fournir à la population près d’un million de moustiquaires imprégnées de longue durée d’action (MILDA).

Lutter efficacement contre le cancer

Santé

Le Togo ambitionne de se doter d’un institut de cancérologie. Pour y parvenir, il a besoin d’argent et de compétences.