Rapatriement volontaire

09/05/2012
Rapatriement volontaire

Le président Faure Gnassingbé a évoqué mercredi avec le nouveau représentant du Haut commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), Theophilus Vodounou, la situation des 20.000 réfugiés de diverses nationalité installés sur le sol togolais. Ils sont Ghanéens et Ivoiriens, notamment.

Leur statut n’a plus de sens car aucun péril ne pèse sur leur pays d’origine où leur sécurité peut être assurée. Il est donc devenu nécessaire d’envisager leur rapatriement volontaire.

Et pour cela, le HCR a besoin de l’appui du Togo. 

«Avec le chef de l’Etat, j’ai exploré exploré les moyens de faciliter le rapatriement dans les pays d’origine », a précisé M. Vodounou.

Le Togo compte à ce jour 10.000 réfugiés Ghanéens et 5000 Ivoiriens (dont 3000 installés au camp d’Avépozo), les autres sont issus de 14 nationalités différentes, principalement africaines.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.