Retour aux valeurs fondamentales

13/02/2017
Retour aux valeurs fondamentales

Guy Lorenzo

Le Togo n’a cessé de promouvoir la liberté de la presse depuis plus d’une décennie. Il suffit de parcourir les dizaines de journaux et de magazines publiés chaque jour pour s’en rendre compte.

Mais cette liberté si chèrement acquise ne doit pas être mise en péril par les journalistes eux-mêmes en raison de leur absence de responsabilité et du non-respect des règles de base de la déontologie .

C’est, en substance, ce qu’à rappelé lundi Guy Lorenzo, le ministre de la Communication, lors d’une rencontre avec les professionnels.

En gros, les excès menacent la démocratie.

Une illustration a été donnée depuis une semaine. Le retrait des licences à deux médias audiovisuels privés a donné lieu à des couvertures violentes, provocantes et souvent mensongères et à des éditoriaux assassins.

Les journaux sont redevables auprès de leurs lecteurs pour leur fournir une information juste et crédible, a souligné M. Lorenzo.

Il a déploré des dérapages caractérisés qui ne sont pas à l’honneur de la presse.

Juridiquement, la presse écrite et la communication audiovisuelle sont libres mais  l’on note une sorte de dérapage caractérisée ces jours-ci par  des calomnies, désinformation, accusations sans preuves.

Le retour  au respect de la liberté de presse  doit être une exigence  pour les médias afin de créer également un environnement paisible et vivable pour tous.

‘Informer doit rimer avec  la diffusion de bonne information,  a précisé le ministre Guy Lorenzo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Indice harmonisé des prix à la consommation : un casse-tête

Cédéao

La Cédéao vient d’achever à Lomé une réunion consacrée à l'état d'avancement des outils du traitement de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) des pays membres.

La Chambre des notaires prend acte

Justice

Cinq nouveaux notaires ont prêté serment jeudi devant la Cour d’appel de Lomé. La profession est en pleine mutation. 

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.