Sarakawa : une partie de l'histoire du pays

24/01/2008
Sarakawa : une partie de l'histoire du pays

Il y a 34 ans, jour pour jour, le DC3 du président Gnassingbé Eyadema (décédé en février 2005) s'écrasait à Sarakawa. L'ancien leader togolais était sorti indemne du crash consécutif à un sabotage de l'appareil.  Cet événement aura des conséquences économiques importantes et marquera le retour à un certain nationalisme, 14 ans après l'indépendance.

Le 2 février 1974, Gnassingbé Eyadema annonce la nationalisation intégrale de la Compagnie togolaise des mines du Bénin.Le Togo dès lors va plus que jamais s'affirmer soucieux de son indépendance économique et, plus généralement, de son authenticité.

Au nom de cette authenticité sera alors africanisé le nom de certaines villes et de nombreux Togolais renonceront à leurs prénoms français ou allemands au profit d'une identité 100% africaine.

En l'occurrence, le président Eyadema lui-même choisit de se prénommer Eyadema plutôt qu'Etienne.

L'épave du DC3 se trouve dans un mausolée sur le lieu même du crash.

Chaque année, une cérémonie est organisée sur place en hommage aux pilotes et passagers disparus et en souvenir du président Eyadema, mais aussi d'une période importante de l'histoire politique du Togo.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.