Sarakawa : une partie de l'histoire du pays

24/01/2008
Sarakawa : une partie de l'histoire du pays

Il y a 34 ans, jour pour jour, le DC3 du président Gnassingbé Eyadema (décédé en février 2005) s'écrasait à Sarakawa. L'ancien leader togolais était sorti indemne du crash consécutif à un sabotage de l'appareil.  Cet événement aura des conséquences économiques importantes et marquera le retour à un certain nationalisme, 14 ans après l'indépendance.

Le 2 février 1974, Gnassingbé Eyadema annonce la nationalisation intégrale de la Compagnie togolaise des mines du Bénin.Le Togo dès lors va plus que jamais s'affirmer soucieux de son indépendance économique et, plus généralement, de son authenticité.

Au nom de cette authenticité sera alors africanisé le nom de certaines villes et de nombreux Togolais renonceront à leurs prénoms français ou allemands au profit d'une identité 100% africaine.

En l'occurrence, le président Eyadema lui-même choisit de se prénommer Eyadema plutôt qu'Etienne.

L'épave du DC3 se trouve dans un mausolée sur le lieu même du crash.

Chaque année, une cérémonie est organisée sur place en hommage aux pilotes et passagers disparus et en souvenir du président Eyadema, mais aussi d'une période importante de l'histoire politique du Togo.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Adebayor indisponible pour une période indéterminée

Sport

Sale coup pour Emmanuel Adebayor, le capitaine des Eperviers. Selon le site StarAfrica le footballeur s’est blessé lors de la rencontre dimanche contre une équipe turque.

A la liberté, à la vie !

Culture

Le bureau régional de l’organisation de la Francophonie (OIF) a présenté lundi à Lomé son initiative baptisée ‘Libres ensemble’.

Un refuge efficace contre les moustiques

Santé

Le ministère de la Santé va fournir à la population près d’un million de moustiquaires imprégnées de longue durée d’action (MILDA).

Lutter efficacement contre le cancer

Santé

Le Togo ambitionne de se doter d’un institut de cancérologie. Pour y parvenir, il a besoin d’argent et de compétences.