Serment d’Hippocrate

21/06/2011
Serment d’Hippocrate

Quand on est fragile psychologiquement ou tout simplement sensible, peut-on exercer la profession de médecin, de sage femme, d’infirmier ou d’ambulancier ?  Sans doute pas. La vue du sang, d’une salle d’opération, d’une interventions chirurgicale, d’une seringue peut être traumatisante pour ceux qui n’ont pas l’habitude de l’univers médical.

Mais pour les professionnels de la santé à travers le monde, la question paraît évidemment saugrenue ; sauf au Togo où les personnels de santé réclament au gouvernement une "prime d’usure psychologique".

Une revendication récemment introduite dans le bras de fer qui oppose depuis plusieurs semaines le syndicat hospitalier aux autorités.

Le ministère de la Santé, reconnaît la nécessaire évolution des conditions salariales et de travail ou l’installation de connexion internet pour relier les hôpitaux entre-eux, mais il a des difficultés à comprendre le paramètre « psychologique », évoquée par le syndicat.

« Si les médecins ou les infirmiers togolais sont effrayés par la vue du sang ou d’un scalpel et que côtoyer quotidiennement les malades est une épreuve pour eux, mieux vaut changer de métier », explique le Pr Mustapha Diang, chef du service d’urologie à l’hôpital de Dakar.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.