Surtout ne pas rester à quai

22/08/2017
Surtout ne pas rester à quai

Brigitte Adjamagbo-Johnson mardi à Lomé

Le Combat pour l’alternance pacifique, un regroupement de cinq partis (ANC, CDPA, PSR, UDS-Togo, DSA) et Parti national panafricain (PNP) – à l’origine des violentes manifestations de la semaine dernière - ont annoncé mardi leur rapprochement.

Mais attention, précisent les intéressés, il n’est pas question d’une coalition politique, mais d’une alliance de circonstance ‘pour contraindre le pouvoir à faire les réformes politiques dans l’esprit de l’Accord politique global’.

Une journée morte est annoncée pour vendredi.

‘Il  s’est passé  quelques chose lors de la récente mobilisation, différente aux précédentes, des Togolais et des Togolaises  ont porté un message important à l’endroit  du pouvoir. Nous allons relayer ce message pour que ceux qui nous dirigent entendent raison’, a déclaré Brigitte Adjamagbo-Johnson, la présidente du CAP.

La réalité est un peu différente. Dépassés par les manifestations organisées par le PNP, une petite formation sans réelle implantation, les opposants traditionnels que sont l’ANC ou la CDPA ont peur de se faire voler le monopole de la lutte contre le pouvoir. D’ou l’annonce à la hâte de ce regroupement, histoire de ne pas rester à quai. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les touristes en quête d'authenticité

Tourisme

L’Agence égyptienne de partenariat pour le développement organise depuis le début de la semaine au Caire un atelier de formation sur l’écotourisme.

Le PNUD offre de la mobilité au HCRRUN

Coopération

Des véhicules 4X4 viennent d'être offerts au Haut Commissariat pour faciliter le processus d'indemnisation. 

Semences israéliennes pour tomates togolaises

Coopération

Le Togo et Israël renforcement leur coopération dans la recherche agricole. Les tests sur la tomate s'annonce très encourageants.

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.