Togo et Ghana relancent le projet Sogakope-Lomé

13/04/2012
Togo et Ghana relancent le projet Sogakope-Lomé

Le Togo et le Gana ont signé jeudi à Sogakope (région de la Volta) un accord pour la mise en œuvre du projet transfrontalier d’approvisionnement en eau Sogakope-Lomé ; les premières discussions datent des années 70.

Les documents officiels ont été signés par les ministres de l’Eau des deux pays, Enoch T. Mensah pour le Ghana et Zakari Nandja pour le Togo.

En 2003, le projet avait été estimé par la Banque africaine de développement à 119 millions de dollars.

Il prévoit la construction d’une usine de traitement de l’eau en bordure de la rivière Volta pour une alimentation des villes et villages ghanéens et togolais de Ehie, Denu, Agbozume, Tokor Betsima, Gamadzra Anyako, Kilkor, Avoene, Sogakope et Akatsi, Adidome, Aflao et Abor.

Les deux pays souhaitent développer un partenariat public-privé avec un contrat d’achat d’eau de la part des deux pays.

Enoch T. Mensah a souligné l'excellente coopération du Ghana et du Togo dans le secteur de l'énergie. Il a ajouté que le projet Sogakope-Lomé contribuerait à améliorer les conditions d’hygiène et de santé des populations des deux côtés de la frontière.

Pour sa part, Zakari Nandja a rappelé que l’accès à l’eau potable n’était pas un luxe, mais un droit fondamental que tous les dirigeants politiques se doivent de fournir à leur population.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.