Un habitat décent pour tous

15/02/2014
Un habitat décent pour tous

L’exode rural se poursuit au Togo. 37,7% de la population vit désormais en ville, selon le dernier recensement réalisé en 2010. Cette situation entraîne d’inévitables problèmes d’habitat d’autant que 60% de cette nouvelle population urbaine vit dans la pauvreté. Les plus chanceux sont hébergés par des membres de leur famille dans des maisons en dur, pour les autres, c’est la recherche d’un toit de fortune.

Le gouvernement a décidé de se mobiliser en lançant, en partenariat avec les ACP-UE et ONU Habitat un Programme participatif d’amélioration des bidonvilles au Togo (PPAB). L’objectif est de réduire de moitié, d’ici 2020 l’habitat insalubre.

Des projets pilote vont être initiés à Lomé, Sokodé et Cinkassé. 

Depuis 2009, une stratégie nationale du logement  vise à offrir un logement décent à tous, mais surtout aux ménages à revenus faibles et intermédiaires. 

‘Il s’agit d’un logement d’un coût abordable répondant à des normes minimales de sécurité, d’assainissement, d’occupation  et de stabilité structurelle et temporelle, convenablement desservi par les infrastructures et si possible, proche du lieu de travail et des équipements collectifs’, explique Issa Tchanilé, l’un des responsables du PPAB.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.