Un ministre qui a des raisons d'être survolté

22/10/2014
Un ministre qui a des raisons d'être survolté

Dammipi Noupokou © Emmanuel Pita

Le Togo est passé d’un taux d’électrification de 18% en 2005 à 28% aujourd’hui. L’objectif est de parvenir à une couverture de 50% d’ici 18 mois à 2 ans. Pour Dammipi Noupokou, le ministre des Mines et de l’Energie, les investissements consacrés à ce secteur son gigantesques, comme il l’explique dans l’entretien qui suit à l’occasion de la Journée mondiale de l’énergie.

Republicoftogo.com : L’accès à l’électricité pour le plus grand nombre de Togolais est le but affiché par le gouvernement. Où en est-on exactement ?

Dammipi Noupokou : Depuis 2005, le secteur a énormément évolué. 300 villages ont été raccordés, sans oublier l’extension du réseau en milieu urbain à Lomé et à Kara. Nous totalisons près de 1000 km de réseau basse tension que nous avons tiré et plus de 600km de câbles sur le réseau moyenne tension.

Nous poursuivons nos efforts dans la sécurisation de l’approvisionnement. 

La centrale thermique opérée par ContourGlobal nous a permis de venir à bout des délestages qui étaient si fréquents en 2006-2007.

Le bilan est donc largement positif. Notre ambition est d’atteindre un taux de couverture de 50% dans les meilleurs délais.

Republicoftogo.com : On parle beaucoup d’énergies renouvelables. Où en êtes-vous ? 

Dammipi Noupokou : Les énergies nouvelles et renouvelables sont une priorité pour les autorités. Nous finalisons un projet pilote d’électrification à base de solaire qui concerne 22 localités. 1300 kits solaires seront distribués à la population.

Ces projets comportent également une partie d’alimentation en eau potable à partir des forages qui seront alimentés par l’énergie solaire.

L’Autorité de réglementation du secteur de l’énergie (ARSE) a lancé récemment un appel à manifestation en vue de trouver des partenaires pour la mise en œuvre de plusieurs centrales pilote en solaire, bio-max et éolienne.

Il faut signaler également que la Communauté électrique du bénin (CEB) a lancé un projet de construction d’une centrale solaire de 5 MGWT, nous sommes en train de discuter avec elle pour accélérer les choses.

Les énergies nouvelles concernent également les barrages car les barrages hydroélectriques sont considérés comme des centrales à énergies renouvelables. 

Dans ce sens, les gouvernements togolais et béninois sont à la recherche de financements pour la construction du barrage d’Adjaralla.

Republicoftogo.com : La compagnie togolaise d’électricité dénonce régulièrement l’incivisme de ses clients

Dammipi Noupokou : Oui et c’est la raison pour laquelle j’en appelle à la responsabilité de mes compatriotes. Il faut préserver les ouvrages en construction, ne pas sectionner les câbles et éviter de pirater le réseau avec ce que l’on nomme les ‘toiles d’araignées’. Un esprit civique permettra à la CEET et à la CEB de délivrer de l’énergie au plus grand nombre.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.

Réponse rapide en faveur des populations défavorisées

Développement

Le PNUD a signé vendredi deux nouvelles conventions qui vont permettre d'étoffer les stratégies du PUDC de lutte contre la pauvreté.

L'évènement digital de la rentrée

Tech & Web

Le Togo a amorcé sa révolution numérique. L’essor de la sphère digitale, synonyme de développement économique et social, est incontournable.