Une nouvelle époque

13/01/2010
Une nouvelle époque

Le président Faure Gnassingbé a présidé mercredi à Lomé une cérémonie œcuménique à l’occasion de la fête du « 13 janvier ». Lors des vœux à la Nation, le chef de l’Etat avait exprimé le souhait de faire de cette date le symbole du recueillement, de la réconciliation et de la réussite de l’élection présidentielle ; un scrutin prévu le 28 février prochain.
De fait, cette année, pas de défilé militaire, pas de garden party, mais un office religieux multi cutuel auquel ont pris part de nombreux officiels sur l’esplanade du Palais des congrès de Lomé.
Pendant des décennies, le 13 janvier était fêté avec faste et marquait l’arrivée au pouvoir du président Gnassingbé Eyadema (décédé en février 2005).

Autre époque, autre dirigeant, lors de son élection il y a cinq ans, Faure Gnassingbé a progressivement réduit la voilure privilégiant la date anniversaire de l’indépendance du Togo comme fête nationale officielle.

Le clergé a prié pour le repos de l’âme du père de l’indépendance Sylvanius Olympio et pour celle des présidents Nicolas Grunisky, Klebert Dadjo et Gnassingbé Eyadema.
Les prières ont également été adressées au tout puissant pour les âmes des deux membres de la délégation de football qui ont été abattu à
« Dieu est amour et il nous recommande cet amour qui ouvre toutes les portes », a déclaré Mgr Amouzou Djakpa, archevêque de Lomé.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.