Une nouvelle ère pour le monde agricole

09/02/2012
Une nouvelle ère pour le monde agricole

Le Premier ministre Gilbert Houngbo, qui avait à ses côtés le ministre de l’Agriculture, Kossi Messan Ewovor, a lancé jeudi à Notsè le Programme national d’investissement et de sécurité alimentaire (PNIASA).

«La cérémonie de ce jour ouvre une nouvelle ère pour nos concitoyens du monde rural qui avaient besoin depuis longtemps d’un cadre aussi porteur que le PNIASA pour valoriser les efforts qu’ils déploient au fil des saisons afin d’avoir de meilleurs revenus et vivre décemment du travail de la terre», a déclaré M. Houngbo ajoutant que le gouvernement tiendrait ses promesses eb consacrant au moins 10% du budget à ce programme.

Hervé Assah, le représentant au Togo de la Banque mondiale (BM), s’est félicité de l’engagement du gouvernement togolais à faire de l’agriculture, le fer de lance de son économie. La BM est l’un des bailleurs du projet avec le FIDA, la BOAD, et la BIDC, notamment.

Elaboré en 2009, le PNIASA concerne un million et demi de producteurs et couvre 45.000 hectares de terres cultivables. Son coût est à la hauteur des espérances : 600 milliards de Fcfa dont 150 millions sont d’ores et déjà sécurisés.

Un investissement destiné à faire du secteur agricole un moteur du développement.

Voici le discours du Premier ministre

Je suis comblé de vous voir si nombreux à la cérémonie qui nous réunit ce matin qui marque un pas de plus dans la longue lutte que nous avons engagée depuis quelques années pour redonner au monde agricole togolais la place centrale qu’il occupe dans la vie nationale.

Aussi, suis-je particulièrement heureux de vous accueillir tous, ici, dans la cité historique de Notsé, l’un des grands pôles de production agricole au Togo pour le lancement du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire. Sa conception technique et ses mécanismes de financement ont mobilisé depuis des mois tout le monde agricole togolais ainsi qu’un large éventail de partenaires. 

La cérémonie de ce jour marque donc le couronnement de tous nos efforts. Elle ouvre surtout une nouvelle ère pour nos concitoyens du monde rural qui avaient besoin depuis longtemps déjà d’un cadre aussi porteur que le PNIASA pour valoriser les efforts qu’ils déploient au fil des saisons afin d’avoir de meilleurs revenus et vivre décemment du travail  de la terre. 

Ce cadre stimulateur était devenu pour tous les producteurs agricoles et pour l’ensemble de la société togolaise un besoin urgent car l’économie togolaise est largement tributaire du monde rural. Ce secteur occupe la majeure partie de nos concitoyens et constitue le pilier central  de la sécurité alimentaire des togolaises et des togolais.

Le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers ont donc été bien inspirés de concevoir le PNIASA en s’appuyant sur les orientations du Programme détaillé de développement agricole en Afrique.

Mesdames et Messieurs,

Les récentes crises alimentaires que le monde a connues avec leur lot d’agitations et d’émeutes sociales montrent bien aujourd’hui qu’une agriculture qui assure à tous les citoyens la sécurité alimentaire reste un gage  de  stabilité sociale. 

C’est dans cette optique que le Gouvernement a choisi, en dépit de la conjoncture difficile,  de mobiliser des ressources internes substantielles en vue de mettre en œuvre cette Stratégie, afin d’apporter une réponse aux demandes alimentaires des franges les plus vulnérables de notre population. 

Le PNIASA, je l’espère, nous permettra désormais de donner une nouvelle dimension à l’engagement des parties prenantes vis-à-vis du monde rural. Le Gouvernement pour sa part respectera son  engagement de consacrer au moins 10% de ses ressources budgétaires à la mise en œuvre de ce programme. 

Grâce au PNIASA, le Togo pourra amorcer au cours des  prochaines années la pratique d’une agriculture plus dynamique, plus compétitive et durable, génératrice de prospérité pour  les acteurs, autant les productrices et producteurs agricoles que les promoteurs du secteur agro-alimentaire que nous voulons plus nombreux et plus engagés.

Une telle évolution est à notre portée. Les résultats que nous avons obtenus grâce à la stratégie de  relance de la production agricole montrent combien  l’effort, la mobilisation et l’esprit d’engagement peuvent insuffler à l’agriculture togolaise une nouvelle dynamique et en faire un véritable outil au service du développement national.  Les excédents céréaliers dégagés  quatre années consécutives  nous confortent dans  la conviction qu’avec la mobilisation autour du PNIASA, la perspective d’une agriculture durable et porteuse de prospérité pour notre pays est plus que jamais autorisée.

Mesdames et messieurs les partenaires techniques et financiers, 

Le PNIASA que nous lançons aujourd’hui et dans lequel nous plaçons tant d’espoir est le fruit de la  parfaite collaboration et des relations fructueuses de coopération que vous avez su cultiver  avec le Togo. L’élaboration conjointe et rigoureuse de ce programme d’investissement avec les contributions de toutes les parties prenantes nous laisse augurer d’une mise en œuvre concertée et des résultats satisfaisants pour tous. 

Je voudrais à cet égard saluer, au nom du Chef de l’Etat, du peuple togolais et de son gouvernement, l’appui inestimable de la Commission de l’Union Africaine, de la CEDEAO, la Banque Mondiale, le FIDA, la FAO et le PNUD et surtout les fonds mondiaux que sont le Programme Mondial pour l’Agriculture et la Sécurité Alimentaire (GAFSP) et le Programme Mondial de Réponse à la crise Alimentaire (GFRP) dont le précieux concours nous permet aujourd’hui, après un long cheminement, de procéder au lancement du PNIASA

Je salue tout particulièrement les contributions des pays donateurs de ces fonds que sont l’Espagne, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, les Etats Unis et l’Irlande mais aussi la Fondation Gates.

Il est important que le Togo puisse poursuivre la mobilisation des financements afin de pérenniser les actions prévues dans le cadre du PNIASA. Je  lance, à cet effet, un appel à tous les partenaires afin qu’ils renforcent leurs contributions en faveur de ce vaste programme. 

Mesdames et messieurs,

Grâce à l’appui de ses partenaires, le Togo est à l’avant-garde de la nouvelle dynamique qui doit conduire vers l’essor d’une agriculture  moderne sur notre continent.  Notre leadership est un privilège, mais aussi une lourde responsabilité. Le Togo se doit de garder le cap du renouveau dans le secteur agricole. C’est pourquoi, le Gouvernement s’est engagé dès 2010, à allouer au moins 10% de son budget national à l’agriculture, afin d’atteindre une croissance agricole annuelle d’au moins 6 % à l’horizon 2015. Et la réalisation de cet objectif demeure l’une des plus grandes du gouvernement.

J’invite donc tous les responsables, à quelque niveau qu’ils se trouvent, à  prendre les dispositions idoines pour exécuter toutes les actions  programmées dans les délais requis, en prenant soin de régler les questions relatives au foncier rural qui conditionnent l’avenir de notre agriculture. Le respect des délais est, aujourd’hui, une exigence fondamentale de la bonne gouvernance. 

Je voudrais dans cette perspective, me féliciter de l’initiative prise par nos partenaires de se constituer  en une alliance pour accompagner le Togo dans cet ambitieux programme. Pour y arriver, vous avez dû, Chers partenaires, harmoniser les pratiques institutionnelles et les procédures propres à chacune de vos organisations pour vous consacrer à l’essentiel, c’est-à-dire la mise en œuvre effective des projets prioritaires. Cette bonne disposition d’esprit témoigne de votre engagement et constitue assurément un gage de réussite.

Mesdames et Messieurs,

L’atteinte des objectifs du PNIASA exige une mobilisation accrue à tous les niveaux. 

Le Gouvernement est pour sa part déterminé à ne ménager aucun effort pour son succès. C’est dans cet esprit que deux bureaux d’étude internationaux ont été recrutés afin d’appuyer les techniciens nationaux notamment dans la gestion rapide des opérations de décaissement dont la bonne conduite conditionne la mise en œuvre effective du PNIASA.

Mais il s’agira, nul doute d’une longue bataille, une bataille de grande envergure. Elle exige des efforts collectifs soutenus, mais aussi des actions rapides mais réfléchies pour maximiser l’efficacité des ressources mises à notre disposition. Elles doivent à terme permettre à la majorité des Togolais de toucher du doigt les résultats de nos actions concertées. Dans l’attente du succès que nous en attendons, je déclare, au nom du Chef de l’Etat, officiellement lancé le Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire du Togo.

Vive l’agriculture togolaise,

Vive le monde rural dans toute sa diversité

Vive la coopération internationale.

Voici le discours du ministre de l’Agriculture 

L'honneur me revient de prendre la parole avant l'intervention tant attendue de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre représentant du Chef de l’Etat.

Je saisis cette occasion pour souhaiter une cordiale bienvenue,  à vous tous qui avez accepté de faire si nombreux, le déplacement  de Notsé, ville historique de notre pays pour prendre part au lancement officiel du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA) dont s’est doté notre pays le Togo.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Mes souhaits de bienvenue vous sont particulièrement adressés vous qui représenter personnellement le Chef de l’Etat, car vous avez choisit de faire personnellement le déplacement pour lancer ce grand programme d’investissement, malgré votre calendrier très chargé. 

En ce jour mémorable, votre présence en ces lieux démontre à suffisance l’intérêt que vous portez à toute l’action agricole et renouvelle votre engagement à soutenir le développement de notre agriculture. 

Cette présence est une grande source de motivation pour nous car elle vient pour susciter et renforcer notre engagement à travailler davantage pour que le PNIASA atteigne ses objectifs.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, 

Chers Invités

En 2003, les Chefs d’Etats africains, réunis à Maputo, ont décidé de faire de l’agriculture le fer de lance de la croissance de leurs économies. Ils ont, pour ce faire, adopté le Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA), volet agricole du NEPAD et pris l’engagement d’allouer 10% de leur budget national à l’agriculture.

Malgré les efforts engagés, peu nombreux sont les pays qui ont pu tenir cet engagement au vu des ressources limitées et des nombreuses urgences à régler à la fois.

Au Togo, vous avez travaillé pour que depuis quelques années déjà, le budget de l’Etat respecte cet engagement.

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, 

Il faut noter que sous l’impulsion du Président de la République, le gouvernement togolais n’a pas attendu le PNIASA pour s’engager dans de fortes actions de développement dans le secteur agricole.

En effet, depuis 2005 et surtout 2008 des projets de développement rural intégré et d'aménagement hydro-agricoles ont été élaborés et mis en œuvre, avec l'appui de certains PTF.

C’est dans ce registre que le Projet de développement rural intégré de la plaine de Mô a été lancé le 3 janvier 2012 par le Chef de l’Etat et celui de la Kara le sera bientôt.

La démonstration qui est aussi faite par le Gouvernement à travers la Stratégie de relance de la production agricole (SRPA) depuis 2008 nous conforte et nous oblige à aller plus loin. 

En effet, les excédents céréaliers successifs des quatre dernières campagnes agricoles tout en préservant  le Togo d’une  crise alimentaire, renforcent notre conviction qu’avec une bonne mobilisation autour du PNIASA, la perspective d’une agriculture durable et porteuse de richesse est possible dans notre pays.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Voulant contribuer à la concrétisation du noble objectif de Maputo, notre organisation sous-régionale, la CEDEAO, s’est inspirée du PDDAA pour élaborer sa politique de développement agricole, l’ECOWAP et il revenait aux différents Etats membres de le traduire en programmes nationaux d’investissements agricoles.

Au Togo, l’élaboration de ce Programme a démarré en mars 2007 et a été réalisée d’une façon participative sous le leadership du Gouvernement mais en collaboration étroite avec tous les acteurs au centre desquels les producteurs. Par la suite, ce programme a été par la suite validé au plan national, sous régional et continental. 

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Comme indiqué en détails dans la note technique soumis à votre Haute attention et dans le documentaire qui vous sera projeté, le PNIASA comporte 5 sous-programmes qui visent à générer une croissance agricole d’au moins 6% par an. Pour l’opérationnaliser, le Togo a formulé trois (3) projets complémentaires. 

Le 1er est le Projet d’Appui au Développement Agricole au Togo PADAT est centré sur les l’Amélioration de la Productions de trois cultures vivrières stratégiques (maïs, manioc, riz), et infrastructures agricoles et rurales en prenant en compte les pistes rurales, l’irrigation, les magasins, les aires de stockage, etc.)
 Tout particulièrement le PADAT apporte un appui à l’organisation et au renforcement des capacités des paysans et à la promotion de leurs organisations professionnelles.

Le 2ème projet, le Projet d’Appui au Secteur Agricole PASA met l’accent sur la transformation, la valorisation et l’accès au marché des cultures vivrières et appui les cultures d’exportation. En outre, il couvre l’Elevage traditionnel, l’aquaculture et des aspects-clé liés au renforcement des capacités institutionnel.

Le 3ème est le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest-Projet-volet Togo PPAAO couvre la  Recherche et le conseil agricole en tablant sur la mise à disposition des technologies pour les cultures vivrières, l’élevage traditionnel, la pêche continentale et l’aquaculture

Conformément aux dispositions du cadre partenarial, signé en février 2010 les PTF ont tous ensemble convenu de développer une synergie d’actions en s’efforçant d’utiliser des procédures de gestion et un cadre institutionnel communs.

Le Togo est ainsi en train de réaliser, comme pays pilote, ce qui est attendu comme étant le résultat  du processus PDDAA dans plusieurs pays à travers l’Afrique au Sud du Sahara. 

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs,

C’est pour consolider les projets et actions en cours que vous avez agit pour que le PNIASA devienne une réalité. Désormais seul cadre d'intervention dans le secteur agricole, le PNIASA prendra progressivement en compte tous les projets pour leur apporter une valeur ajoutée grâce au cadre institutionnel cohérent qu'il offre et aux financements novateurs qui sont prévus.

Chers invités,

Avant la voie la plus autorisée, vous me permettrez de remercier toutes organisations régionales et continentales, les institutions financières, les banques, les pays donateurs pour tous les moyens techniques et financiers consentis pour soutenir le processus et pour mobiliser les ressources nécessaires à un premier financement du PNIASA.

Je salue la franche collaboration entre tous les acteurs qui de près ou de loin apportent leurs contributions à cette œuvre.

Mes remerciements vont à mes Collègues Ministres qui apporte un appui déterminant à la réussite de ce Programme.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Pour tenir le cap et réaliser durablement les objectifs visés par le PNIASA, il nous faut davantage de financements. 

En effet le PNIASA est un ambitieux plan d’investissement de près de 600 milliards pour le quel environ 15% du financement global sont mobilisés. Mais le Togo et les PTF n’ont pas voulu attendre plus longtemps pour s’engager dans l’action et le Gouvernement s’est engagé à assurer l’intégralité de sa contrepartie à partir de budget 2012.

J’associe ma voie pour lancer à toute la communauté des partenaires au développement un appel renouvelé, pour qu’ils renforcent leurs apports financiers en faveur des hommes, des femmes et des jeunes qui animent le secteur agricole du Togo. 

A l’adresse de Mesdames et Messieurs les Représentants des Producteurs  et des Services Techniques,

Le programme d’investissement que le Chef de l’Etat lance ce jour, au delà du symbolique est un acte important qui nous responsabilise sur ce chantier.

Les ateliers techniques de formation pour le démarrage des trois projets qui viennent d’être organisés en  collaboration avec les PTF sont venus donner une bonne base au démarrage des activités sur le terrain.

Les équipes ont été mises en place et il ne nous reste qu’à œuvrer sur le terrain pour réaliser effectivement les actions et les impacts attendus. Il nous faut rendre les actions visibles pour valoriser notre agriculture qui occupe plus de 80% de la population et intervient pour près de 40% dans le PIB.

Pour y arriver, devons miser sur une bonne interaction entre tous acteurs impliqués et surtout sur une bonne gestion des ressources financières et matérielles mises a disposition. 

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Pour terminer qu'il me soit permis de renouveler notre gratitude au Chef de l’Etat pour son engagement permanent et pour les orientations judicieuses qu’il a régulièrement données pour que ce programme soit devenu une réalité. 

Nous mettrons tout en œuvre pour réussir ce programme qui est novateur à bien des égards. 

Je souhaite plein succès au PNIASA.

Vive l'agriculture togolaise.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les hommes qui savent aimer Valentine

Culture

La jeune chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit sa carrière à un rythme impressionnant. Elle vient de dévoiler son nouveau clip.

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.