Vérité, justice et réconciliation : du nouveau avant la fin du mois

09/05/2009
Vérité, justice et réconciliation : du nouveau avant la fin du mois

Dans quelques semaines ou au plus tard dans quelques mois, le Togo devrait disposer de sa commission « Vérité, justice et réconciliation », à l'instar de celle constituée en Afrique du Sud à la fin du régime d'apartheid. Le but est de faire la lumière sur les violences à caractère politique que le pays a connu de 1958 à 2005. L'objectif final étant de parvenir à une réconciliation complète entre tous les Togolais. Dans un entretien accordé à republicoftogo.com, le ministre des Droits de l'homme, Hamadou Yacoubou, apporte quelques précisions.

##S_B##Republicoftogo.com : A quand la mise en place de la commission « vérité, justice et réconciliation » ?

Hamadou Yacoubou :

Le président de la république et le Premier ministre ont entrepris des consultations tous azimuts pour parvenir à la nomination des membres de la commission.

Je peux vous indiquer ici que le décret portant nomination sera pris d'ici la fin de ce mois. Il était essentiel que la commission bénéficie d'un certain nombre de garanties pour lui permettre de faire convenablement son travail. Aujourd'hui, je crois que ces conditions sont pour l'essentiel réunies.

Republicoftogo : Cette commission comprendra combien de membres ?

Hamadou Yacoubou :

Entre 9 et 11 et tous d'une certaine probité morale, d'une intégrité et d'une culture exemplaires qui répondent à la volonté affichée par la population au cours des récentes consultations nationales.  

Republicoftogo.com : Quelle sera concrètement sa mission ?

Hamadou Yacoubou :

Les lignes directrices sont déjà définies par l'accord politique global (APG). Il s'agit principalement de faire la lumière sur les violences à caractère politique que nous avons connues au Togo. Le décret qui crée cette commission est encore plus précis et situe la période qui va de 1958 à 2005.

L'écrasante majorité des togolais a souhaité que cette commission revisite l'histoire depuis 1958. Le décret ne fait que matérialiser la volonté populaire.

Dès que les membres de la commission seront nommés, il leur reviendra d'établir leur règlement intérieur et les modalités pratiques de fonctionnement. Cette commission, je le rappelle, est entièrement indépendante et aura la plénitude de ses moyens pour faire un travail sérieux, efficace et serein. Un rapport final devrait être rendu 18 mois après sa mise en place.

Republicoftogo.com : Certains reprochent au gouvernement d'être sourd aux revendications des associations de défense des droits de l'homme réclament l'indemnisation des victimes des violences d'avril 2005. Que leur répondez-vous ?

Hamadou Yacoubou :

Sur quelle base, le gouvernement devrait-il indemniser ces victimes ? Aujourd'hui chaque association établit la liste des victimes à sa manière. Une chose est d'indemniser les gens, une autre est d'indemniser les vraies victimes. C'est pourquoi l'établissement des critères d'indemnisation est très important et je pense que c'est, entre autre, ce que la commission « Vérité, justice et réconciliation » aura à faire. Et pour éviter tout malentendu, la commission aura à faire la lumière sur les causes profondes des violences, avant d'envisager justement des réparations; cela permettra d'éviter les polémiques stériles et de guérir le mal à la racine. Il n'appartient donc pas au gouvernement de décider de l'indemnisation des victimes.

Republicoftogo.com : Le décret prévoit que la commission aura 18 mois pour achever son travail. Cela signifie que le rapport sera publié après l'élection présidentielle de 2010. Ce calendrier n'est-il de nature à susciter de nouvelles violences ?

Hamadou Yacoubou :

Le pessimisme n'est pas de mise. Ce n'est pas parce que la commission rendra son travail après le scrutin qu'il y a menace de violences.

Que la population se dise que les violences de 2005 ont été les dernières qu'aura connu le Togo.

Nous n'avons aucun intérêt à tuer les hommes pour nous maintenir au pouvoir ; nous n'avons non plus aucun intérêt à tuer les hommes pour venir au pouvoir, je pense que l'équation est la même.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Une voiture solaire assemblée au Togo

Environnement

Les industriels n’ont pas attendu la signature par le Togo de l’Accord de Paris pour se lancer dans le secteur des véhicules propres.

Votez pour eux !

Culture

Toofan a été nominé aux MTV Africa Music Awards dans la catégorie ‘meilleur groupe’

Comment le numérique va changer la vie des agriculteurs

Tech & Web

A Paris, Cina Lawson a expliqué comment la numérique pouvait s'inscrire dans une logique de développement de l'agriculture.