Victoire Dogbé préfère l’action aux grands discours

22/01/2010
Victoire Dogbé préfère l’action aux grands discours

Pas encore l’heure du bilan pour le ministère du Développement à la base, mais déjà les premières indications concrètes sur ce qui a été fait par ce département, crée à la demande du président Faure Gnassingbé.
A sa tête, une ancienne fonctionnaire du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Victoire Dogbé Tomegah (photo).
Pour la ministre, il n'y a pas 36 façons de lutter contre la pauvreté.
Il faut s’attaquer au plus bas, à ceux qui éprouvent les plus grandes difficultés à vivre et, parfois, à survivre.
C’est ce qu’elle fait depuis sa nomination en aidant directement sur le terrain, les agriculteurs et les communautés villageoises.
Et cela vaut mieux que des grands discours, assure Mme. Dogbé qui est également la directrice de Cabinet du chef de l’Etat.
Victoire Dogbé Tomegah vient de rendre public un document dans lequel elle détaille les actions entreprises en faveur des populations à la base.
DES ACTIONS CONCRETES EN FAVEUR DES COMMUNAUTES A LA BASE

Une Vision… assurer de manière durable, d’ici un horizon de 10 à 15 ans maximum, un accès universel de toutes les communautés et organisations à la base au «Minimum Vital Commun», selon un schéma conçu et mis en œuvre de manière participative par les communautés et les organisations bénéficiaires elles-mêmes, en étroite collaboration avec les autres partenaires, y compris les pouvoirs central et déconcentré, ainsi que la société civile et le secteur privé.
Le concept du « minimum vital commun » est défini comme un ensemble de besoins de base légitimes de la population dont six apparaissent comme primordiaux dans le vécu des Togolais :

• L’éducation
• La santé
• L’alimentation
• Le désenclavement des localités
• L’accès à l’eau potable et à l’hygiène
• Le développement de la capacité des populations à générer la richesse

Les besoins fondamentaux relèvent également des domaines des infrastructures de base, de l’habitat, de l’accès aux services financiers ou du renforcement des capacités sans oublier les questions transversales en rapport avec l’égalité des genres, le respect de l’environnement ainsi que la lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme.

Cette vision se concrétise au travers d’une politique et des stratégies de développement communautaire à la base dont le principal fer de lance sera forgé à partir de la notion de finance inclusive.

La mise en place d’un Fonds d’Appui au Développement à la base avec un double guichet permettra de financer respectivement les microprojets de développement communautaire à la base ainsi que l’appui à l’amélioration des Systèmes Financiers Décentralisés et le financement d’activités génératrices de revenus pour les groupements. Une Agence d’Appui au Développement à la Base sera créée pour assurer la mise en œuvre de la politique en la matière.

Une lettre de politique et d’orientations stratégiques en matière de développement à la base est maintenant disponible. Cette lettre de politique, articulée autour du pilier 4 du DSRPC portant sur la réduction des disparités régionales et le développement à la base traduit la volonté du gouvernement à apporter des solutions appropriées et pragmatiques en vue d’un impact réel sur le vécu quotidien des populations. Elle constitue un cadre de référence pour les interventions des acteurs de développement à la base.

Des actions concrètes au bénéfice des communautés…

Depuis la création de ce Ministère en septembre 2008, plusieurs chantiers ont été ouverts au bénéfice des différentes communautés à la base. On peut citer :

Le voyage d’études et d’échanges d’expériences au centre Songhaï au profit des jeunes et cadres des structures en charge du développement
Cette initiative a permis de s’inspirer de la très riche expérience du centre Songhaï en matière d’entreprenariat agricole.

Le forum national des acteurs de développement à la base tenu en juillet à Kara
Ce forum tenu en juillet à Kara qui a rassemblé 350 acteurs a permis de faire un état des lieux et de dégager un consensus autour des stratégies à mettre en œuvre pour un développement harmonieux des communautés à la base au Togo.

Des diagnostics participatifs et organisationnels réalisés dans les cinq régions du Togo
Des diagnostics participatifs et organisationnels ont été réalisés dans les 5 régions ; ce qui a conduit à l’élaboration des plans d’actions prioritaires par région. Ces diagnostics ont été également conduits pour identifier les besoins des groupements;

Des appuis aux groupements économiques : un projet élaboré et mis en œuvre dans les 30 préfectures officiellement lancé à Atakpamé par son excellence M. le Président de la république

Au nombre des appuis apportés dans le cadre dudit projet d’appui aux groupements, on peut relever :
• Les sessions de formation réalisées à l’endroit des membres des groupements en promotion coopérative, production animale et végétale, transformation des produits agricoles, construction rurale, gestion des exploitations agricoles et en crédit rural et en entreprenariat agricole.
• Les dotations en équipements et matériels de travail à 1500 groupements en fonction des besoins exprimés dans les différentes régions touchant ainsi environ 50 000 personnes.
• Des micro crédits ont été déjà octroyés à près de 300 groupements regroupant plus de 4 500 membres d’une valeur totale de près de 400 millions de FCFA.

Des appuis aux communautés pour la mise en place ou la réhabilitation d’infrastructures socio collectives dans une dynamique participative
• La réhabilitation du barrage de Magna dans l’Oti
• D’autres infrastructures socio communautaires ont été construites ou réhabilitées dans plusieurs localités notamment la construction de hangars de marché à Kpalimé, Vo, Amoutiévé, Anfoin et Aného, la réhabilitation des bâtiments scolaires à Gapé dans la préfecture de Zio; la construction de Bâtiments scolaires à Agbélouvé et Davié. Etc… Ces réalisations sont évaluées à près de 900 millions de FCFA.

L’organisation et la tenue du séminaire national des artisans à Kpalimé qui a vu la participation de 4 200 artisans tout corps de métier confondu et la distribution des kits d’outillages, des ordinateurs et des motos d’une valeur de plus de 160 millions de FCFA
.

Des appuis aux communautés de Kountouaré et Naki Est »

Dans le cadre du projet « commune du millénaire », en partenariat avec les Agences du Système des Nations Unies, des appuis divers ont été apportés aux deux localités constituant l’une des poches de pauvreté les plus sévères du pays. Il s’agit de :

• La mise à disposition de moyens de production agricole accompagnée de micro crédits à l’endroit des femmes;
• La réhabilitation des Centres Médicaux Sociaux de Naki-Est et de Takpamba permettant un meilleur accès des populations des deux localités aux services de santé;
• La réhabilitation de 3 forages à Naki-Est et de 6 à Kountouaré améliorant l’accès à l’eau potable ;
• La réhabilitation de la route Naboulgou-Kountouaré facilitant ainsi une meilleure circulation des personnes et des biens entre les deux localités.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.