Yacoubou Hamadou : Arrêtons de chercher des poux au président

26/06/2012
Yacoubou Hamadou : Arrêtons de chercher des poux au président

La Journée internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture est célébrée ce mardi à travers le monde. Le Togo a été pointé du doigt récemment par des organisations de droits de l’homme qui reprochent aux autorités de ne pas faire assez et d’accorder une impunité relative aux auteurs éventuels d’actes de torture.

Le ministre des Arts et de la Culture, Yacoubou Hamadou, connaît bien la question en tant qu’avocat. Dans l’entretien accordé, ci-dessous, il assure que tout sera mis en œuvre pour bannir le mot torture du vocabulaire togolais.

Republicoftogo.com: Le Togo dispose-t-il d’une réglementation pour punir tous ceux qui pourraient se rendre coupables d’actes de torture

Yacoubou Hamadou : Le code pénal ne prévoit rien, mais avec le programme de modernisation de la justice, il y a une nouvelle mouture en préparation qui criminalisera la torture. Il prévoit de très lourdes peines pour les coupables ; qu’il s’agisse de torture, de traitements inhumains et dégradants.

C’est une préoccupation du gouvernement. D’ailleurs, je dois rappeler que les autorités ont pris des engagements fermes auprès du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Je dois également souligner que tout en réprimant la torture, il faut parallèlement éduquer et prévenir tous ceux en contact avec les détenus ; les policiers, les gendarmes, le personnel pénitentiaire.

Republicoftogo.com : Certains opposants reprochent au gouvernement de trainer les pieds pour mettre en œuvre les recommandations contenues dans le rapport de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH). Que répondez-vous ?

Yacoubou Hamadou: Il y a parmi les opposants d'éminents juristes et de grands avocats et ils savent comme moi qu’on ne peut punir s'il n'y a pas de textes, s’il n’existe pas de base légale.

Néanmoins, après la publication du rapport de la CNDH, le gouvernement a pris ses responsabilités. Des sanctions administratives ont été prises sans même que l'on ait eu le temps de vérifier si les informations de la commission étaient fondées. 

Je vais vous dire le fond de ma pensée. Le président de la République a la ferme volonté d'y aller, de faire bouger les choses sur cette question et sur bien d’autres. Il faut maintenant qu'il y ait des hommes pour l'accompagner.

Plutôt que de lui chercher des poux et de lui mettre des bâtons dans les roues, il faut plutôt l’aider à avancer.

Republicoftogo.com: Vous rejetez donc l’idée, développée par certains, selon laquelle le pouvoir, plutôt que de punir les tortionnaires tente au contraire d’assurer leur promotion

Yacoubou Hamadou: Quel intérêt l'Etat aurait-il à faire la promotion des auteurs de torture ? Vous voulez que le Togo devienne un pays de criminels ; non, ce n’est pas sérieux.

Des droits de l’homme qui se renforcent sont bénéfiques pour tous les Togolais, peu importe leur étiquette politique. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un festival qui a de la tenue

Culture

Le FIMO228, le Festival international de la mode au Togo, aura lieu du 20 au 25 février à Lomé, a indiqué mercredi son concepteur Jacques Logoh.

La rougeole est encore très présente au Togo

Santé

Une nouvelle campagne de vaccination contre la rougeole, destinée aux enfants de 6 mois à 14 ans, se déroulera du 12 au 18 février au plan national.

Valoriser les oeuvres des créateurs togolais

Culture

L’ambassadeur du Togo à Paris, Calixte Batossie Madjoulba, a réuni mardi soir plusieurs centaines d’invités pour le vernissage de l’exposition ‘Art’borescence’.

Visite à Lomé d'un officiel bissau-guinéen

Cédéao

Aristides Da Silva, ministre d’Etat de Guinée Bissau et porte-parole du gouvernement a été reçu mardi par le président Faure Gnassingbé.