Yark : ‘Le Togo appartient à tout le monde’

26/03/2015
Yark : ‘Le Togo appartient à tout le monde’

Yark Damehame

Le ministre de la Sécurité, Yark Damehame, a précisé jeudi à Lomé les missions confiées à la FOSEP 2015 (Force sécurité élection présidentielle) à quelques jours de l’ouverture de la campagne officielle.

Il a tenu à rappeler que le gouvernement serait intraitable à l’égard de tous ceux qui tenteraient d’empêcher les candidats d’accéder à certaines régions du pays.

‘Il n’y a aucune portion de notre territoire qui sera interdite à qui que ce soit. Le Togo appartient à nous tous et tout togolais peut se déplacer là où il veut, mener sa campagne comme il le souhaite en respectant les règles établies sans entrave de quelque nature que ce soit. Les agitateurs et les perturbateurs seront maîtrisés’ a-t-il martelé.

La Force sécurité élection présidentielle 2015, placée sous la supervision de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), est chargée d’assurer la sécurité du processus électoral et de maintenir l’ordre public avant, pendant et après les opérations de vote. Elle est dirigée par Têko Koudouwovo, le directeur général de la police.

Tous les éléments composant cette force ont reçu un guide pratique d’intervention qui détaille le mode opératoire lors de différentes situations ; il a été financé par le Système des Nations Unies au Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Aucune coupure sur le réseau Moov

Tech & Web

Pas de perturbations sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile Moov, contrairement à ce qu’ont affirmé les médias.

Des chirurgiens membres de l'Eglise Copte se mobilisent

Coopération

Deux cents patients soufrant d’hernies et de goitre seront pris en charge par des médecins égyptiens.

Les transfusions sanguines n'ont aucun caractère commercial

Santé

La culture de don du sang n’est pas très développée au Togo. Absence d’information et préjugés freinent la collecte.