Yark lance un numéro vert

19/01/2014
Yark lance un numéro vert

L’affaire est close. Le ministre de la Sécurité, Yark Damehane (photo), a présenté ses excusesdimanche après l’incident survenu il y a quelques jours entre un journaliste stagiaire de Focus Infos et les forces de l’ordre.

Kossi Themanou avait été bousculé par des gendarmes alors qu’il réalisait un reportage sur une opération de sécurité urbaine.

‘Il n’est pas normal qu’au Togo un journaliste soit agressé par les forces de l’ordre dans l’exercice de son métier », souligné M. Damehane, indiquant que des mesures disciplinaires seraient prises à l’encontre des responsables de l’incident.

'Les deux agents fautifs, un brigadier et un adjudant qui faisaient partie de l’équipe de l’opération Entonnoir Ad’hoc et qui procédaient à la saisine du carburant frelaté, auteurs des violences sur le journaliste ont été mis aux arrêts', a précisé le ministre.

Nouveauté, un numéro vert (gratuit) sera prochainement mis en service afin que les journalistes et la population puissent signaler, le cas échéant, les comportements anormaux des membres des forces de l’ordre.

Précision importante donnée par Yark Damehane : il sera possible de dénoncer les rackets exercés par certains policiers et gendarmes.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La FTF assure

Sport

Nouvelle saison. Le championnat de première division débute le 23 septembre avec 7 rencontres à l’affiche.

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.