‘Aimes Afrique’ devient membre de l’ECOSOC

21/05/2013
‘Aimes Afrique’ devient membre de l’ECOSOC

‘Aimes Afrique’, l’organisation médicale humanitaire fondée il y a 8 ans au Togo par l’interniste Michel Kodom (photo), est devenue lundi membre du Conseil économique et social de l’ONU, à l’issue de la session du comité d'évaluation des ONG. 

Le Conseil économique et social, appelé communément ECOSOC, est l’organe principal de coordination des activités économiques et sociales de l’ONU. C’est l’un des six organes principaux de l’ONU.

Ses objectifs sont de promouvoir une élévation du niveau de vie, le plein emploi et le progrès économique et social, trouver des solutions aux problèmes économiques, sociaux et sanitaires internationaux, faciliter la coopération internationale dans les domaines de la culture et de l’éducation, favoriser le respect effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Aimes Afrique vient en aide aux populations les plus nécessiteuses au Togo et dans plusieurs pays de la sous-région en organisant des campagnes de médecine foraine et des interventions chirurgicales gratuites.

L’organisation a à son actif 300 missions médico-chirurgicales humanitaires dans 6 pays d’Afrique et plus de 10.000 interventions chirurgicales gratuites réalisées dans les hameaux et villages les plus reculés. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.