Allo Paris, ici le CHU de Lomé

14/12/2012
Allo Paris, ici le CHU de Lomé

40% des médecins togolais exercent en France. Le chiffre peut surprendre, évidemment, mais pour le responsable de l’Unité de télémédecine du CHU Campus de Lomé, Kokou Adambounou, ce vivier de spécialistes pourrait être un formidable atout pour faire avancer la médecine au Togo et offrir aux patients des soins de meilleure qualité.

Comment ? En développant justement la télémédecine.

« Grâce à cette technologie, si ces médecins ne veulent pas rentrer au pays, ils peuvent en France et contribuer à aider leurs compatriotes au Togo », suggère le Dr Adambounou.

Depuis le raccordement du Togo au câble sous-marin à fibre optique, le pays est en mesure de proposer du très haut débit, indispensable pour assurer la stabilité et la qualité des connexions vidéo et audio.

« Les compétences sont là, les infrastructures aussi. Ce qui manque, c’est la volonté politique. Il faut que les autorités sanitaires investissent dans la télémédecine. Au-delà de ses innombrables avantages, elle permettrait aussi de limiter le nombre d’évacuations sanitaires », explique Kokou Adambounou, ce vivier

Les premiers tests de télémédecine ont démarré au Togo en 2010 et sont concluants. Togo Telecom, le fournisseur d’accès, a exprimé son entière disponibilité à développer cette nouvelle forme de médecine.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Délocalisation

Sport

La ville de Casablanca accueillera la rencontre entre le Togo et la Guinée dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). 

Il reste une dernière chance

Sport

Les Eperviers juniors du Togo se sont inclinés dimanche à Bamako face aux Aiglons du Mali (0-2).

D1 : report de la 17e journée

Sport

La 17e journée du championnat de première division, prévue pour mercredi, est reportée à une date ultérieure, indique la Fédération togolaise de football (FTF) dans un communiqué.

Les Eperviers se méfient d’Ebola

Sport

La rencontre entre le Togo et la Guinée comptant pour la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) n’aura pas lieu à Conakry où sévit le virus Ebola.