Eduquer, anticiper

20/01/2009
Eduquer, anticiper

Une mère décède toutes les huit heures au Togo des suites d'une complication liée à la grossesse  ou à l'accouchement, tandis qu'un nouveau-né meurt dans la même période, selon des sources hospitalières officielles, rapporte mardi l'Agence Xinhua. La mortalité maternelle est de 478 pour 1.000 naissances  vivantes ; le taux de mortalité néonatale de 42 pour 1.000 et la  mortalité infantile de 79 pour 1.000, selon les mêmes sources.

Ces taux de mortalité s'expliquent par le retard dans la prise de décision de la femme enceinte pour rejoindre un hôpital ou un centre de santé dans les temps.Les décès surviennent par infections, par suite  d'hémorragie ou d'accouchement difficile. Outre ces causes  directes, les décès sont également entraînés par le paludisme,  l'anémie, le sida et l'hypertension.

Le Togo s'est engagé à atteindre les points 4 et 5 des « Objectifs du Millénaire pour le  Développement » (OMD) en réduisant considérablement la mortalité infantile et néonatale.  

En partenariat avec l'OMS, le ministère de la Santé travaille à créer un environnement favorable pour les accouchements et une maternité sans danger grâce à la fourniture des soins de qualité et une plus grande attention accordée aux femmes enceintes.

Le ministère va aussi créer ou rénover des unités qui seront bien équipées et dotées d'un personnel qualifié.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.