"Grâce à Dieu, je suis toujours vivant".

01/12/2007
"Grâce à Dieu, je suis toujours vivant".

Le Togo organise ce samedi différentes manifestations à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida.

Ce pays n'est pas épargné par le fléauLes premiers cas de sida ont été enregistrés en 1987, le taux de prévalence est estimé à 3,2% pour une population d'environ 5 millions d'habitants, selon de récentes statistiques du ministère de la Santé.

On dénombre plus de 120.000 séropositifs et plus de 5.400 personnes bénéficient de traitements antirétroviraux (ARV) sur un total de plus de 18.000 malades.

Le gouvernement togolais prévoit de dépenser environ 8 milliards de francs CFA pour la lutte contre le sida pour la période 2007-2010, a annoncé en mai dernier le président Faure Gnassingbé.

Mais pour les malades, la vie quotidienne n'est pas toujours facile.

Debout au milieu d'un groupe de séropositifs, Augustin Dokla est en colère: "nous n'allons pas baisser les bras, nous irons jusqu'au bout de nos actions". Il dénonce avec d'autant plus de vigueur la rupture récente du stock d'antirétroviraux au Togo qu'il doit à ce médicament d'être encore en vie.

Séropositif depuis 1990, Tino, comme l'appellent ses amis, est depuis 6 ans sous antirétroviraux (ARV). "Tous les soirs, je prends rigoureusement mes molécules. Je ne cesse de sensibiliser mes amis qui suivent le traitement", raconte ce Togolais de 36 ans, au siège de son association, le Réseau des personnes vivant avec le Vih/sida (Ras+).

"Nous avons déjà organisé un sit-in devant le Parlement le 21 novembre. Si le stock d'antiretroviraux n'est pas renouvelé dans un bref délai, nous irons à la présidence de la République", prévient-il.

Trois jours plus tard, le 24 novembre il avait réussi à mobiliser plus de 500 séropositifs dans les rues de Lomé pour dénoncer la discrimination dont ils se disent victimes. C'était la première fois que des séropositifs manifestaient publiquement au Togo.

Car dans ce petit pays africain, comme dans beaucoup d'autres, les malades du sida n'osent que très rarement s'afficher de peur d'être rejetés par leurs familles, leurs amis ou leurs collègues de travail.

Depuis qu'il a découvert sa séropositivité, Tino, aujourd'hui le malade le plus connu du pays, se bat avec son réseau et les associations de lutte contre la maladie pour sensibiliser les Togolais sur la pandémie. Il court de plateaux de télévision en studios de radio. Sans se cacher. Il va aussi témoigner dans des conférences régionales et en Europe, en France et en Italie notamment.

"J'ai réussi à vaincre psychologiquement la maladie. C'est pourquoi je ne me cache pas aujourd'hui. Tout le monde m'approche", se réjouit Tino qui affiche son combat jusque sur un tee-shirt barré de l'inscription "halte à la stigmatisation et la discrimination".

Il mène d'ailleurs des campagnes publiques pour dénoncer les "mauvais traitements" infligés aux malades du sida, notamment sur leurs lieux de travail.

Son bureau, tapissé de livres et brochures traitant du sida, ne désemplit pas: responsables d'associations, membres du Ras+, journalistes.

Entre deux rendez-vous, il planche sur de nouveaux projets pour trouver des partenaires étrangers et des subventions pour son Réseau qui, dit-il, regroupe plusieurs milliers de séropositifs et de malades.

"C'est un homme courageux qui nous aide beaucoup. Grâce à son soutien, je suis moralement soulagée. Car j'ai été rejetée par ma belle famille après le décès de mon mari", témoigne Léonie Amouzou, une de ses visiteuse séropositive.

Tino ne se souvient plus exactement de la manière dont il a contracté la maladie. Un voile de tristesse embue soudain discrètement le regard de cet homme encore physiquement solide: "cette fichue maladie m'a empêché de continuer mes études. Je préparais mon brevet d'Etudes du premier cycle (Bepc) quand j'ai fait le test du sida". "Grâce à Dieu, je suis toujours vivant".

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.