Inauguration d'un Centre de prévention et de traitement du palu

07/01/2009
Inauguration d'un Centre de prévention et de traitement du palu

Le ministre de la Santé, Komlan Mally, et l'ambassadeur de Chine au Togo Yang Min ont inauguré mercredi matin, le centre chinois de prévention et de traitement du paludisme. Situé provisoirement dans l'enceinte de la polyclinique de Lomé, ce centre a été aménagé et entièrement équipé par Beijing pour prévenir, dépister et traiter le palu.

Komlan Mally, s'est félicité de l'appui chinois pour lutter contre la malaria, première cause de mortalité au Togo. Le diplomate chinois a souligné de son côté, que la mise en place de ce Centre répondait aux 8 engagements pris par son gouvernement lors du sommet de Bejing en 2006 pour aider les pays africains dans les domaines de la santé, de l'éducation ou de l'agriculture.

Depuis début décembre, une équipe d'expert chinois séjourne dans à Lomé pour former le personnel togolais à la technique de PCR (Amplification en Chaîne par Polymérisation) qui permet de déceler les traces de paludisme dans l'organisme humain.

Le centre sera prochainement transféré au CHR de Lomé dont le chantier s'achève ; une réalisation également financée par la Chine.

En photo : l'ambassadeur de Chine au Togo et le ministre de la Santé coupent le ruban inaugural du Centre anti-paludisme de Lomé

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Aucune coupure sur le réseau Moov

Tech & Web

Pas de perturbations sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile Moov, contrairement à ce qu’ont affirmé les médias.

Des chirurgiens membres de l'Eglise Copte se mobilisent

Coopération

Deux cents patients soufrant d’hernies et de goitre seront pris en charge par des médecins égyptiens.

Les transfusions sanguines n'ont aucun caractère commercial

Santé

La culture de don du sang n’est pas très développée au Togo. Absence d’information et préjugés freinent la collecte.