Infections nosocomiales : stop !

24/11/2010
Infections nosocomiales : stop !

Le gouvernement part en guerre contre les infections nosocomiales.
Une infection est dite nosocomiale ou hospitalière, si elle est absente lors de l'admission du patient à l'hôpital et qu'elle se développe 48 heures au moins après l'admission.
Ce délai permet de distinguer une infection d'acquisition communautaire d'une infection nosocomiale.
Au Togo, le taux d’infection est très important puisqu’il se situe entre 10 et 20%.
Une réunion sur cette question s’est déroulée mercredi à Lomé en présence de représentants du ministère de la Santé et du milieu hospitalier.
«La volonté est d’améliorer l’offre de soins et la qualité des prestations. Ils contribuent à l’efficience des systèmes de santé au Togo », a expliqué le Docteur Nomenyo Adjo, directrice adjointe de la Santé.
Plusieurs mesures sont déjà effectives comme le port de la blouse, des chaussons, des masques, des gants et des lunettes, notamment lors des interventions chirurgicales. En outre, le matériel est stérilisé et le personnel de santé doit obligatoirement se laver les mains très régulièrement. Les visiteurs sont aussi invités à le faire, mais difficile de les y contraindre.
Reste l’hygiène générale des hôpitaux (chambres, couloirs, parties communes); et de ce côté là, de gros progrès restent à faire pour limiter au maximum les risques d’infections.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.