Klassou lance la riposte

17/02/2017
Klassou lance la riposte

Komi Selom Klassou

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Selon le communiqué publié à l’issue de la rencontre, les discussions ont porté sur l’appui accordé au pays pour l’élimination de la transmission de la mère à l’enfant.

C’est un point sur lequel le Togo pourrait marquer la différence dans les prochaines années s’il y a une synergie des efforts et si on améliore la qualité des services, notamment en matière de prévention’, a expliqué M. Maoula.

Afin de pérenniser les efforts de riposte au VIH, le responsable de l’agence a évoqué la mise en œuvre d’un partenariat avec Médecins sans frontières (MSF) dans l’ensemble de la région.

L’idée est d’améliorer la couverture en ARV (antirétroviraux) et de réfléchir sur la question des productions locales de médicaments essentiels.

80% des médicaments consommés dans la zone Afrique de l’Ouest et Centre sont importés. Cela pose évidemment un problème de coût et d’accessibilité aux populations. 

Les discussions ont enfin porté sur l’accompagnement du Togo dans la réalisation du Plan stratégique national de lutte contre le sida qui constitue l’une des priorités de la nouvelle politique de santé adoptée récemment.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.