L’INAM fixe de nouvelles règles

02/06/2015
L’INAM fixe de nouvelles règles

Assurer une meilleure couverture des assurés

L’Institut national d’assurance maladie (INAM) a annoncé lundi l’entrée en vigueur d’une liste actualisée d’actes médicaux et de médicaments dans le cadre de nouvelles règles de prise en charge. Ce nouveau dispositif va permettre de maîtriser les dépenses de santé et de lutter plus efficacement contre les abus et la fraude.

Les médicaments seront délivrés et remboursés en fonction de 3 critères, la nature de l’affection, le niveau d’efficacité et le rapport bénéfices/risques. 

Adam Batchassi, le directeur des études et du développement de l’INAM, explique que ces nouvelles mesures vont permettre d’améliorer l’accessibilité des médicaments curatifs qui ont un grand intérêt pour la santé publique, et qui sont utilisés dans le traitement des patients dont le pronostic vital est engagé. 

Toujours dans le souci d’améliorer la qualité des prestations et garantir l’équilibre financier, l’INAM a révisé les règles de délivrance des soins qui devront rendre plus facile les formalités de prise en charge des bénéficiaires, souligne M. Batchassi.

Créé en mars 2012, l’INAM est un établissement public qui a pour mission d’assurer la couverture des risques liés à la maladie, aux accidents et maladies non professionnelles et à la maternité de 262.000 fonctionnaires, y compris les familles. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.