L’OMS ne néglige rien

15/12/2014
L’OMS ne néglige rien

Mortalité faible, mais morbidité particulièrement élevée

L’organisation mondiale de la santé (OMS) organise depuis lundi à Lomé une conférence sur les maladies tropicales négligées (MTN) en présence de représentants de 32 pays africains.

Parmi les MTN, on trouve la lèpre, l’ulcère de buruli, les leishmanioses, la filariose lymphatique, l’onchocercose, les schistosomiases, les helminthiases, le trachome et les tréponématoses endémiques.

L’OMS, qui a mis en place un plan mondial de lutte sur la période 2008-2015, veut encourager le développement de stratégies régionales de lutte intégrée pour parvenir à terme à leur éradication d’ici 2020.

S'il existe une prise de conscience internationale forte autour du SIDA, de la tuberculose et du paludisme, de nombreuses maladies ‘négligée’ font des ravages dans les pays en développement. 

Des maladies dont la mortalité est faible, mais la morbidité particulièrement élevée, puisqu’elles touchent plus d'un milliard de personnes, principalement en Afrique et dans la plupart des cas, les populations pauvres, vivant sous des climats tropicaux et subtropicaux.

Particulièrement invalidantes, elles contribuent à la persistance d'un cycle de pauvreté. Les maîtriser représente donc une réelle opportunité de développement sanitaire et économique.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.